• Filles

    Amateur francais escort girl alencon

    amateur francais escort girl alencon

    We are directing you to the partner site Request information for this clip. There was a problem obtaining your download from the archive, please try again.

    You must have a Footage. No Clip Bin selected. You must select a specific Clip Bin to access the share feature. Please select an existing Clip Bin or create a new Clip Bin before saving. Questa sensazione di vitalità e di potenza mi riempie di gioia. Mi sento traboccante di vita e di felicità. Dare dà più gioia che ricevere, non perché è privazione, ma perché in quell'atto mi sento vivo.

    Being deeply loved by someone gives you strength. To love someone deeply gives you courage. Lao Tzu Chinese philosopher, a. How many are the contents that don't admit any verbalization, but can only be perceived You know the heart of a man already by the way he treats animals. Yes, often Her dogs made flourish that smile that rarely adorned the face of this delicate, 'pale flower under the hurricane' He wrote in the s Paradoxically, the ability to be alone is the first condition for the ability to love.

    This feeling of vitality and potency fills me with joy. I feel full of life and happiness. Giving gives more joy than to receive, because it is not deprivation, but because in that act I feel alive. Just a few lines Thank you with all my heart to you all! More than thirty years later, when the queen was visiting Glencoe, she felt, 'a sort of reverence in going over these scenes, in this most beautiful country, which I am proud to call my own, where there was such a loyalty to the family of my ancestors.

    Avevano l'intenzione di visitare Edimburgo ed infine le Highlands, 'dove nessun sovrano d'Inghilterra era mai stato da quando l'Unione esisteva e forse neppure prima, eccetto Carlo II'. Più di trent'anni dopo, quando la regina era in visita a Glencoe, riferisce di aver avvertito, 'una sorta di riverenza nell'addentrarmi in questi scenari, in questo paese talmente bello, che sono orgogliosa di definire mio, dove c'era una tale fedeltà alla famiglia dei miei antenati.

    Poiché il sangue Stuart scorre tutt'ora nelle mie vene e sono tuttora loro rappresentante il popolo è devoto e leale con me come fu a suo tempo con quell'infelice Gente '. Le persone sono più naturali, e contraddistinte dall'onestà e dalla semplicità che da sempre caratterizzano gli abitanti dei paesi di montagna, che sono lontano dalla città'.

    Leitch, engraved by J. Godfrey, edited acquistato dal Principe Albert, pur senza averlo mai visto prima, il 17 febbraio e l'8 settembre del medesimo anno Egli e la Sua Regina arrivarono a prendere possesso dell'intera proprietà, avviando una serie di lunghe trattative che si conclusero solamente il 22 giugno quando dell'intera tenuta divennero gli effettivi ed unici proprietari; una volta che la totalità del terreno fu acquistato, il Principe Albert decise di ricostruire l'antico edificio non era ritenuto da lui adeguato alle esigenze della sua grande famiglia e, scelto William Smith di Aberdeen quale architetto più qualificato, egli gli fece costruire un nuovo edificio situato a metri a nord-ovest rispetto all'edificio originario, in modo da poter continuare ad occupare la vecchia residenza mentre il nuovo castello era in via di edificazione.

    A tale proposito vi svelo una curiosità: Esso era dedicato, non solo come erano i precedenti 'Leaves' alla memoria di colui che rese la sua vita radiosa e felice, ma anche ai suoi 'Loyal Highlanders' e soprattutto al 'mio devoto assistente personale e fedele amico John Brown', che era morto da poco.

    Un tributo a lui dedicato conclude il libro. La prima visita della regina Victoria a Balmoral, 'Qui - dove tutto è stato fatto per Lui - in cui la vita era una delle attivita', [ Godfrey, edited bought by Prince Albert, having not seen it before, on February 17th , and on September 8th, he and the queen arrived to take possession of the whole property, starting a series of lengthy negotiations that ended on June 22nd, when of the the entire estate they became the real and sole proprietors; once the totality of the land was purchased, Prince Albert decided to rebuild it because he considered the old building not adequately to the needs of his large family, and chose William Smith of Aberdeen as the most qualified architect, who built a new building located meters north-west from the original building, so that hey could continue to occupy the old residence while the new castle was in the process of building.

    In this regard, I'm going to reveal you a curiosity: It was dedicated, not only as the Leaves had been to the memory of him who made the life of the writer bright and happy, but to her 'Loyal Highlanders' and especially to 'my devoted personal attendant and faithful friend John Brown', who had recently died.

    A tribute to him concludes the book. Who was especially close to the Court refers the image of a very passionate queen, whose fervor wasn't always reflected in her consort - feeling frustrated in the pursuit of her conjugal rights, Victoria knocked heavily on the door of the bedroom where the Prince Albert he was closed, screaming loudly in German: I am the Queen!

    Queen Victoria's first visit to Balmoral , 'Here - where all was made for Him - where the life was one of activity', [ Lattuga, meloni e cetrioli erano un successo regolare. Io stessa ho scoperto il giardinaggio ed ho dato vita alle zone più intimistiche e forse poetiche del mio grande ed la tempo selvaggio giardino in un momento di profondo turbamento, in cui credevo di aver smarrito per sempre la speranza e la possibilità di poter godere di qualsiasi forma di serenità; trascorrevo ore ed ore in un lavoro che dapprincipio fu molto faticoso, poi si fece di pazienza ed infine di manutenzione e di grande, grandissima soddisfazione, quella che si prova nel sentirsi vivi a dispetto delle avversità che fanno parte della vita.

    Until just a century earlier for gardening was considered necessary that kind of intelligence which only of males was considered the prerogative and therefore to women was left the care of the Kitchen Walled Garden , where here and there made its amiable appearance some annually corolla from bulbs or seeds; with the defined of politics as 'commitment' increasingly engaging the noble-aristocraticsocial class, the time for gardening wasn't enough anymore and then it was entrusted to skilled gardeners, often followed by the Ladies who remained at home, and who sometimes, with great delight, without the knowledge of their husbands, flanked them, maturing passion for this noble activity.

    John's, a delicious aristocratic who linked her name and her life to gardening, though very rarely it is mentioned and, similarly, her merits are recognized. Born as the only daughter of Henry, Viscount of St.

    John , and his second wife, Angelica Magdalena, known as a poet and writer, docile and sweet-natured, she had only one big 'defect', that of having reached 28 years of age without getting married and that's the reason why on June 20th, , the young, then definitely considered 'mature', was forced to accept the marriage with the noble Baron Robert Knight of Burrells , Warwickshire, but very soon this marriage fell out of favor from when her husband began to suspest a relationship of hers with Charles Peters, his doctor.

    John Dalton worked as a tutor at Hertford Castle, the residence of Lady Frances Seymour-Conway, Countess of Hertford, friend of Henrietta and of Dalton too; when he became a friend of the unfortunate young Henrietta, Dalton, also admired as a poet, was the definitive cause of the separation of the Knights that occurred in Lettuce, melons and cucumber were a regular success.

    Out of the wilderness Henrietta created a substantial garden. She had a ha ha built to keep out to encroached animals, she markead out trees to create a visually exciting landscape while making no sacrifices in the space needed for flowers and fruit, she relished the challenge of placing a seat - or 'eye-traps' as she called them - althought she had few visitors to enjoy her vistas. I myself have discovered gardening and gave life to the most intimating and perhaps poetic corners of my large and at the time still wild garden in a moment of profound anxiety, in which I thought I had lost forever the hope and the chance to enjoy any form of serenity; I spent hours and hours in a work that at first was very tiring, then requiring patience and finally maintenance and then arrived a great, great satisfaction, that satisfaction you can feel when you feel yourself alive in spite of the adversities which are part of life.

    I suoi ritratti di donne e ragazze, spesso in pose sensuali e collocate in ambienti sfumati, adorne di abiti trasparenti, attirarono l'attenzione dell'alta società e dell'aristocrazia parigina durante la Terza Repubblica francese facendosi garanzia di successo e di agio, tanto che fu uno dei pittori più popolari del suo tempo.

    Nel , quando il suo ritratto di Aurora venne bandito dai giudici del Salon definito "troppo eroticamente allusivo", Napoleone III accorse in sua difesa e fece rimettere in gara il dipinto. In tarda età Chaplin venne anche valutato per la decorazione d'interni, tanto che ricevette l'incarico di ripristinare gli interni delle camere dell'Imperatrice.

    Spero di avervi intrattenuto con un argomento capace di trovare rispondenza nella delicatezza dei vostri animi, cari amici e lettori, almeno tanto quanto ha toccato me; come sempre prendo congedo da voi con tutto il mio affetto e la mia gratitudine, ma non prima di avervi augurato ogni bene. Born as a painter of the landscapes of the countryside surrounding Auvergne, a county located in the heart of France, he delighted himself as a young man also in portraying floral arrangements although his style can definitely be framed in the art movement of the Realism that in France, during the late XIXth century took over Romanticism on which, instead, it was involved the entire old continent.

    Gradually, little by little, the hues of the 'mud' used by Chaplin were replaced by the soft shades of pink, grey and white, who gave his models an opalescent mother-pearled complexion; after painting portraits and experiencing his skills in painting ornamental, Chaplin understood, from about , that his favorite subjects were those who embodied the feminine grace seen in moments the everyday life of a young woman, portrayed in different poses, such as while singing - picture 4 or resting - picture 5 - picture 6 - picture 7 - picture 8 or during her reading moments, - picture 9 - picture 10 - picture 11 - picture 12 - picture 13 or while doing the washing-up - picture 14 - picture 15 as if she would captured by chance, - picture 16 - picture 17 lightly and carelessly, with an emphasis on the decorative elements of the painting.

    His portraits of women and girls, often in sensual poses and placed in shaded backgrounds, wearing transparent clothes, - picture 18 caught the attention of the high society and the aristocracy in Paris during the French Third Republic making warranty of success and ease, that's why he became one of the most popular painters of his time.

    In , when his portrait of Aurora was banned by the judges of the Salon defined "too erotically suggestive", Napoleon III saw in his defense, and he put in the painting in contest again. In old age Chaplin was also evaluated for interior decoration, so much so that he was commissioned to restore the interior rooms of the Empress.

    Among the other works that he did we can mention the painting of the doors and numerous glass panels that hung over them in the Salon des Fleurs at the Palais de le Tuileries , we cannot, alas, admire anymore, since it was destroyed by a fire in and was quickly demolished, and the decoration at the Salon de l'Hémicycle of the Palais de l'Elysée.

    Admired in his time even by celebrities such as Émile Zola, Theophile Gautier and Édouard Manet, today his paintings are scattered among private collections and major art galleries a bit all over the world, from France, to the Hermitage in St. Petersburg to the United States, to Great Britain. I hope I have amused you with a topic that find correspondence in the delicacy of your hearts, dear friends and readers, at least as much as it touched me; as always I take leave of you with all my affection and gratitude, but not before having wished you all the best.

    Almeno una volta nella nostra fanciullezza ci siamo lasciate ammaliare e conquistare dalla famiglia ideale che questa amabile scrittrice ritrae nelle pagine del suo romanzo mi riferisco soprattutto al primo volume, 'Little Women or Meg, Jo, Beth and Amy ' sicuramente il più affascinante pubblicato nel quando la guerra di secessione che aveva dilaniato, dopo aver diviso in due gli stati del continente nordamericano, si era da poco conclusa Piccole donne è un affascinante, intima storia, che si evolve negli anni, dell'amore di una famiglia, della perdita, e della lotta per sopravvivere che si svolge in una pittoresca ambientazione che è quella della vita di metà Ottocento nel New England.

    Il suo nome è Jo March, ma il suo personaggio è Louisa Alcott. Jo March è un'invenzione abbagliante e originale: E' una sognatrice ed un'instancabile scribacchina, felicissima nel suo bosco accovacciata accanto ad una vecchia ruota di carro o rintanata in soffitta, assorbita nella lettura o nella scrittura, colmando pagina dopo pagina con storie o drammi.

    Ama inventare scappatelle passionali, da mettere in scena e recitare in drammi sgargianti. Vorrebbe essere un ragazzo, per più motivi, tutti comprensibili: Allo stesso tempo, Jo è devota all'immaginaria famiglia March, che era strettamente modellata sulla famiglia Alcott, composta da una madre saggia e buona, da un padre idealista, e quattro sorelle i cui personaggi sono un esempio dell'adolescenza femminile.

    Ma mentre Jo March si sposa e rimane all'interno della cerchia familiare, Louisa Alcott ha scelto un percorso indipendente. Jo March, quello che sembra un personaggio ideale, un po' romanzato, altro non è infatti che la descrizione che Louisa May Alcott ci fornisce di sé stessa: Le descrizioni di Louisa fornite dai suoi contemporanei ricalcano pienamente la prima descrizione della Alcott di Jo March in Little Women "Aveva quindici anni, Jo, era molto alta, magra e bruna, e ricordava un puledro, perché non sembrava sapere che cosa fare con le sue lunghe gambe, che erano molto particolari.

    Aveva una bocca decisa, un naso comico, e taglienti, occhi grigi, che sembravano vedere tutto, ed erano di volta in volta feroci, divertenti o pensierosi ". La mia cara Beth è morta alle tre del mattino, dopo due anni di paziente sofferenza.

    La scorsa settimana ha accantonato il suo lavoro, dicendo che l'ago era "troppo pesante"ed averci dato i suoi pochi averi, preparandosi alla separazione nel suo modo, semplice e tranquillo. Per due giorni ha sofferto molto, chiedendo l'etere, ma il suo effetto era svanito. Lontano, là, sotto la luce del sole, giacciono le mie più alte aspirazioni. Non le posso raggiungere, ma posso guardare in alto e vedere la loro bellezza, credere in loro, e cercare di seguire dove conducono.

    At least once in our childhood we broke fascinate and conquered by the ideal family that this amiable writer portrays in the pages of her novel I refer especially to the first volume, 'Little Women or Meg, Jo, Beth and Amy' certainly the most fascinating published in when the Civil War that had torn, after splitting in two parts the States of the North American continent, had just ended I say at least once because I do not hesitate to admit that I read these books over and over again and perhaps, indeed certainly, they have represented my first approach to the culture and traditions of the last century in America and in Britain, and to the Victorian period, arousing that interest that first have so far conducted me today.

    Little Women is a charming, intimate coming-of-age story about family love, loss, and struggle set in a picturesque rendering of mid-nineteenth-century New England life. What sets it apart is the young woman at its centre. Her name is Jo March, but her character is Louisa Alcott. Jo March is a dazzling and original invention: She is a dreamer and a scribbler, happiest in her woodsy hideout by an old cartwheel or holed up in the attic, absorbed in reading or writing, filling pageafter page with stories or plays.

    She loves to invent wild escapades, to stage and star in flamboyant dramas. She loves to run. She wishes she were a boy, for all the right reasons: At the same time, Jo is devoted to the fictional March family, which was closely modeled on the Alcott family.

    But while Jo March marries and is content in the family circle, Louisa Alcott chose an independent path. Jo March, whose character seems almost ideal, a bit fictionalized, she's nothing else thet the description that Louisa May Alcott gives us about herself: She had a decided mouth, a comical nose, and sharp, gray eyes, which appeared to see everything, and were by turns fierce, funny or thoughtful". My dear Beth died at three in the morning after two years of patient pain.

    For two days she suffered much, begging for ether, though its effect was gone. Tuesday she lay in Father's arms, and called us round her, smiling contentedly as she said, "All here! Saturday she slept, and at midnight became unconscious, quietly breathing her life away till three; then, with one last look of her beautiful eyes, she was gone.

    Finally, I like to conclude my writing with her words, on which I send you my warmest greetings and my heartfelt hug, words which express so fully the value that for me have the aspirations on which rests my life: Far away there in the sunshine are my highest aspirations.

    I may not reach them, but I can look up and see their beauty, believe in them, and try to follow where they lead.

    This post is linked up to the lovely blog http: Perché perdere la nostra femminilità, che è uno dei nostri più grandi elementi di fascino?

    Otteniamo molto di più ad essere affascinanti che dall'andare in giro vestendo pantaloni e fumando. Io ho una grande passione per gli uomini. Penso che siano meravigliose creature.

    Ma questo non significa che voglia apparire come uno di loro. La vita di Tasha Tudor fu un Inno alla semplicità, alla semplicità di cuore, alla semplicità dei gesti quotidiani, alla semplicità del fare e del sentire, alla semplicità di Amare.

    E che privilegio anche solamente quello di essere vivi. A dispetto di tutti gli inquinamenti e gli orrori, quanto è bello questo mondo. Supponendo che tu veda le stelle solo una volta all'anno. Born in in Boston, Massachusetts, Natasha Tudor married Thomas McCready in in Redding, Connecticut, with which she bought a large old farm in Webster, New Hampshire, where they grew their four children, - picture 4 - picture 5 Bethany, Seth Thomas, and Efner and where she wrote and illustrated her first story, Pumpkin Moonshine , - picture 6 published in ; they divorced in , and their children changed legally their surname from McCready in Tudor; a subsequent marriage with John Allan Woods, lasted only for a short time.

    Why lose our femininity, which is one of our greatest charms? We get much more accomplished by being charming than we would by flaunting around in pants and smoking. I'm very fond of men. I think they're wonderful creatures. But I don't want to look like one. The Private World of Tasha Tudor Tasha Tudor rediscovered, in a life she lived day to day, according to the rhythms and ways of the early nineteenth century, the old flavor of the value of hard work, - picture 18 - picture 19 the conquest and the joy of success in adversity, - picture 20 - picture 21 - picture 22 the share of spring-fed affections and ties - picture 23 - picture 24 - picture 25 the 'bringing again to light' of ancient arts and traditions now supplanted by progress - picture 26 - picture 27 - picture 28 - picture 29 - picture 30 and how much we do need to close our eyes, every evening, once rolled up our blankets, to feel our heart overflowing with a really deep, incomparable, indescribable joy, that joy coming from of having lived a day and to have earned, won, deserved it!

    Tasha Tudor's life was a Hymn to simplicity, the simplicity of heart, the simplicity of everyday life, the simplicity of doing and feeling, the simplicity of Love. And what a privilege even to be alive. In spite of all the pollutions and horrors, how beautiful this world is. Supposing you only saw the stars once every year. Think what you would think. The wonder of it! George Brummell in un'illustrazione del che lo ritrae giovane Un bow window al White's Club fondato nel cui spesso si sedeva il 'Beau' ad osservare la gente di Londra mentre percorreva le strade della città In qualità di 'aspirante' dandy il principe reggente pendeva letteralmente dalle labbra di Brummell, cosa di cui egli spesso approfittava, forse anche con un briciolo d'impertinenza dettata dalla troppa sicurezza di sé, trattando l'amico non con il rispetto dovuto ad una persona del suo rango e ponendolo talvolta in ridicolo in pubblico.

    Il Principe Reggente ritratto nel da Thomas Lawrence Ma furono i debiti a rovinarlo definitivamente, contratti di conseguenza al tenore di vita che si era imposto e soprattutto alla sfrenata passione per il gioco, i quali lo costrinsero ad un esilio volontario in Francia.

    Qui trascorse il resto della sua vita, anche se lontano dal lusso cui ormai era abituato. The first in history to do his this kind of life so markedly refined was the Londoner George Bryan Brummell, said 'Beau' , the beautiful, whose company was sought after not only because he particularly elegant and good-looking, but also because he was able to quips, he had a furbish speech, was erudite, intelligent, with spirit, always present at parties and dances in the London of the time, like a true member of the aristocracy even though his roots were rather humble.

    After attending Eton and Oxford he joined the army of the Hussars in an effort to get acquainted with the Prince of Wales, the future George IV, of which he immediately became close-knit friend and even counselor. He moved to London, at the number 4 of Chesterfield Street I wonder if our Jane Austen, during her several visits and stays in London, will have ever met him! On May 18th, he left England to move permanently to Calais, after putting all belongings of his, left in London, to enchantment, and what he was able to obtain allowed him to live in comfort for some time but when it was approaching the specter of the poverty and of the imprisonment for debts, he was providentially saved by William IV, George IV's brother, who appointed him consul in Caen.

    There he spent the rest of his life, though far from the wealth which he had become accustomed. Sick of syphilis, in he was interned in the hospital of the Daughters of the Good Savior of Caen, where he died in Well, also today our time together is going to run out after, as usual, having flown so much fast I take leave of you, my dear friends and readers, with a warm hug and wishing you all much love.

    Oggi credo che i professionisti dei fotomontaggi non conoscano limiti al loro agire, allora le cose erano nettamente diverse! Vi era allora una sorta di culto per questo genere di fotografie che rappresentavano uomini e donne senza testa e dato il crescente interesse per lo spiritismo ed i fenomeni paranormali, erano ritenute affascinanti queste che intendevano rappresentare le sembianti di un'anima alle spalle del soggetto principale: Master Herrod un giovane medium in trance: French di Boston affiancata dallo spirito del figliolo defunto, ca.

    E se vi ho deluso spero la prossima volta di riconquistare la vostra ammirazione cui tanto tengo. Follow me and I'll show you what I mean! Today I believe that professionals of photomontages don't know limits to their act, then things were much different! French of Boston accompanied by the spirit of her deceased son, ca. In short, we have to admit that in every field the Victorians' creativity wasn't really a defect of theirs! For my part I hope to have enjoyed you, surprised you, to be honest, rather than having mortified your sensitivity, but if it was so I do apologize and please, please accept my excuses And if I have disappointed you I hope the next time to regain your admiration I care so very much!

    Da queste immagini si evince come ella cercasse in ogni modo di atteggiarsi come la sorella Elisabeth, acconciandosi come lei e facendosi persino ritrarre in pose analoghe, la futura imperatrice era da lei talmente ammirata da diventare il modello su cui cercava di forgiare sé stessa.

    L'improvvisa, impulsiva decisione del re di fidanzarsi con la principessa Sofia in Baviera rimase segreto di stato per circa una settimana. Coloro che assistettero alla scena non impiegarono molto ad immaginarne il significato simbolico, ma si dovette attendere ancora una settimana prima che questa ambigua dichiarazione ricevesse una conferma ufficiale: Il vecchio re Luigi I, inviando le sue congratulazioni al nipote, riassunse i sentimenti che molti altri membri della famiglia provavano.

    Da tempo leggo negli occhi della bella Sofia che hai messo profonde radici nel suo cuore Dal 3 al 6 maggio si svolse a Parigi una fiera di beneficenza organizzata dalle domenicane presso il Bazar de la Charité a cui erano stati invitati anche i fratelli Lumière, il cui materiale usato per le pellicole era altamente infiammabile. Sophie aveva al tempo solamente 50 anni. Mi scuso se questa volta vi ho fatto leggere molto, ma ci tenevo, per dovere di cronaca e di passione, a riferire nel modo più compiutamente preciso e dettagliato possible, gli eventi.

    Genio e follia di un re , Arnoldo Mondadori Editore S. The sudden, impulsive king's decision to get engaged with the princess Sofia in Bavaria remained a secret of State for about a week. On January 22nd, during the evening of the engagement, Ludwig attended with her mother to a play at the court theater. During the interval between the first and second act, together with Queen Mary, he went to the box of the Duke Max in Bavaria, leading then Sofia in the royal box with him: She ordered that the train would stop in the Bavarian capital so that she could personally congratulated the couple.

    Ludwig had retired to his bedroom at the Residenz with the excuse of a bad cold, but when he knew that Elisabeth was at the station, he got dressed in a hurry, went to take Sofia from his father's palace in the city and started with her to meet the Empress.

    Once there, Ludwig, with absolute lack of tact, in front of the girlfriend said to Elisabeth that the most attractive in Sophie was her resemblance to her older sister. But Sophie wasn't in good health and was therefore made to intern in the clinic for nervous diseases of the famous Dr. Sophie was only 50 years old. Da ricordare sono anche le sue qualità di architetto che lo condussero a progettare molte residenze padronali di notevole valore estetico che tutt'oggi arricchiscono ancora le colline inglesi.

    Jane Brown, The Omnipotent Magician: It almost seems a contradiction that the very first years of his life are so poorly documented, actually we have so little news about Lancelot Brown's childhood, the fifth of six children of William Brown, steward at Kirkharle in the valley of Wansbeck in Northumberland, of modest birth, it seems a contradiction, I said, if we think that we're talking about a child destined to wrap in a band of glory throughout England and fated to dine with famous aristocrats and dukes.

    About him we know that he was baptized in and that began as a child to work as assistant gardener at the Lorraine family property but it was the commitment to Kiddington Hall , Oxfordshire, where he was called for the creation of gardens that made the park property around a large lake, his first real job as a landscape designer: He wasn't, at his time, the only creator of parks and gardens, but he was certainly the most quoted and most capable because he began working as a gardener and his knowledge in terms of plants and trees was unparalleled, and of it was well aware who assumed him; he had gained experience in the arts of drainage and of water management and above all had an unerring taste: In the print that you see below, which is supposed to be dated c.

    Characteristic feature of the landscaped gardens established by Charles Bridgeman and William Kent was the absence of fences instead of which was used the so-called 'ha-ha', born in France during the late XIIth century and so appointed by the Dolphyn: Capability was known in his time also for the remarkable honesty that connoted him, he worked almost for a vocation asking meager compensations, even if the families who desired his works had to be compulsorily very wealthy because the changes that were commissioned were very long, often went on in time for years and required the collaboration of hundreds of workers, thus becoming greatly hexoses.

    In he was finally appointed Master Gardener at Hampton Court Palace , - picture 16 as the successor of John Greening and then became a resident at the Wilderness House at Hampton Court in a glasshouse is still growing a grapevine that was planted by Capability Brown in It has a special bed just for its roots and has lots of grapebunches too!

    They're to remember also his qualities as architect that led him to design many manor houses of considerable aesthetic value that today enriches the English countyside. During the 32 years that marked the peak of his career he was never released from the confines of his nation, because he said he must first complete to change England landscape, and ended his life peacefully, from a wealthy man as he deserved to become. How delightful it would be to be a governess! Ho visto i miei cari alle otto, felicemente seduti davanti alle loro tazze di pane e latte, poi li lasciai alla loro cameriera e feci un giro nel boschetto.

    Colazione alle nove, i miei amori al mio fianco a giocare con le loro bambole. Dissi loro che se avessero giocato giocato molto graziosamente certamente avrei consentito loro la lettura e la scrittura come ricompensa.

    Sono tornati al loro gioco e ho suonato l'arpa fino a mezzogiorno, poi siamo usciti nel boschetto. Il tempo molto brutto e freddo - ha consentito ai miei amori di esercitarsi. Rimasimo fuori fino alle due. Li invitai a di vestirsi e a leggere per un'ora Pietro il Grande Abbiamo pranzato alle tre, parlammo francese per tutto il tempo in cui fummo tavola.

    Dopo cena lessi loro un racconto, poi i nostri piccoli studi, poi hanno giocato mentre ero al lavoro un'ora. Li inviai con la loro domestica alle sette a cena Alle otto li ho sentiti recitare le loro preghiere e poi li vidi a letto.

    Dissi quindi le mie preghiere, e andai a letto alle undici. C'est une étude très curieuse des abords d'une Sucrerie. Au crépuscule, dans un reste de jour, nous voyons s'allumer auprès des chariots lourds de betteraves, la lumière électrique, tandis que, plus loin, dans l'usine, le feu jaune du gaz perce les ténèbres naissantes.

    Ces trois éclairages distincts et juxtaposés ofïraient à l'artiste un intéressant problème. Le cloître de M. Sautai est peint dans une déli- cieuse tonalité d'un gris jaunâtre très fin. A peine apercevons-nous dans un coin un lambeau de ciel. Une figure de religieuse adossée à l'un des piliers n'ajoute rien à la note d'art. Elle existait entière sans elle.

    Un Membre du conseil des Dix, Si ce tifre évoque le souvenir de Paris Bordone, cette noble tête de vieillard nous rappelle plutôt l'aveugle du pont de la Concorde.

    Désirt-z-vous que je vous parle du Manteau de la Vierge de Michel? Chaque époque, chaque école a une conception particulière du Beau et du Vrai. De ce peintre, nous signalerons encore un portrait de femme brune, vêtue d'une robe bleue, dont la silhouette se découpe un peu sèchement sur un fond rouge.

    Voici une autre femme jeune et gracieuse, en fracîche toilette rose. Elle tient sur son poing fermé une tour- terelle. De son autre main, elle jette une pièce blanche aux Artistes de la rue. Jules Lefebvre est toujours le maître à chaque fois égal à lui-même.

    La tête, d'un dessin très ferme, d'une coloration très délicate, est mise en valeur par un collet de fourrure. A côté, une Nymphe chasseresse élégante et hardie. Le sujet n'est pas neuf; mais en art le sujet n'est rien. Pour réaliser l'idée, le créateur, quel qu'il soif, peintre ou poète, doit la revêtir d'une forme, d'une en- veloppe qui la rende accessible aux sens ; mais, à travers cette forme sensible, matérielle, notre esprit retrouve l'idée, l'essence.

    L'Image représente l'idée, le dessin la détermine, il en marque les contours en la limitant et, ainsi limitée, elle exprime la forme nette et précise qu'elle doit manifester à l'esprit. Si nous avons insisté sur cette question, c'est que nous lui croyons une importance primordiale. Elle explique, entre autres choses, pourquoi Thomme de génie, en apportant simplement une nouvelle expres- sion d'art, se dresse aux yeux de beaucoup comme un révolutionnaire.

    Avant de terminer, disons un mot de nos sculpteurs. Fontaine a, dans le hall des Champs-Elysées, un groupe en plâtre: La Baignade du chien. Plus encore qu'à un peintre, il est difficile à un sculpteur de dé- couvrir un sujet nouveau. Fontaine a eu cette rare fortune. Le mouvement du jeune homme qui excite un chien à se jeter à l'eau est plein d'entrain. Le groupe de M. Gervais et saint Protais, est conçu dans un tout autre sentiment. Signalons encore à TOtre attention une agréable Ariane de M.

    Sans doute, nous la retrou- Terons en marbre Tan prochain. Sous sa forme défi- nitiTe, nous pourrons mieux Tapprécier. Alors la ri- chesse de la matière ne fera que mieux Taloir Félégance de ses contours. Les qualités robustes, réflédiies et sincères de notre race sauraient imprimer à une école picarde un caractère bien accusé.

    Ya-t-elle naitre, cette école? Étant donné la médiocre étendue de notre proTince et sa proximité de Paris, Tabsorbante capitale, c'est plus crue douteux. Elle s'était proposé de visiter l'abbaye de Valloires, l'an- cienne abbaye de Dommartin et le château de Dom- pierre.

    Quatorze excursionnistes ont répondu à l'invitation du bureau. Emile Delignières, Président, M. Henri Macqueron, Secrétaire; viennent ensuite, par ordre alphabétique: Partis d'Abbeville en chemin de fer à 6 h.

    Là, deux breaks nous attendaient, grâce à l'exactitude de M. Gaffet, hôtelier et loueur de voitures. Chacun se place à son gré, et les cochers rendent la main à leurs chevaux. Une température douoe, un ciel rassurant nous pro- mettent une belle journée. Nous traversons d'abord le hameau de Canteraine, ainsi dénommé parce que d'innombrables grenouilles y prodiguent leurs concerts.

    Elles trouvent des re- Digitized by Google — 56 — fuges plantureux dans les marécages qui s'étendent, à gauche de la route, sur l'emplacement de l'ancien étang du Oard. On y voit encore des vestiges de la maison de plaisance que les comtes de Ponthieu y avaient bâtie et qu'ils auraient transformée peu à peu en forteresse si les bourgeois de Rue ne s'y étaient opposés, dans la crainte qu'elle ne devînt une menace pour les franchises et libertés de leur commune.

    C'est, dit-on, dans ce château du Gard que descendit Jeanne de Ponthieu, reine de Castille et de Léon, à son retour d'Espagne, lorsque, devenue veuve de Ferdinand III, elle réintégra par mer lé comté paternel et débarqua dans le port de Rue, suivie d'une cour brillante. Si le chemin eût incliné un peu plus à droite, nous aurions longé, pour nous rendre à Vron, le bois du Périot, aussi célèbre par ses histoires de brigands que que par les découvertes archéologiques qu'on y a faites.

    Ce bois se développe au bord de la route de Paris à Calais. Or, il arriva qu'en des voleurs en embuscade dans le bois du Périot arrêtèrent et dépouillèrent là chaise de poste du consul de Russie se rendant à Paris.

    Le parquet d'Abbeville dut informer. Le pro- cureur du roi se transporta sur le théâtre du crime. TrauUé, membre de la Société d'Ému- lation. Dans ses intéressantes notices sur nos collègues- résidants, M. Quelle situation délicate, pour un enthou- siaste, de fouler le même sol sur lequel le vol avait été commis et dans lequel se trouvaient peut-être encore de précieuses antiquités!

    Le devoir stimulait le pro- cureur du roi, Tamour de l'art tentait l'archéologue. TrauUé n'était pas assez fort pour résister à une pareille épreuve. Il cwnmence d'abord par creuser là terre avec sa canne, il met à jour des fragments d'os et de poteries. Il paraît que M. Traullé reçut à ce sujet une semonce de son procureur général.

    Le chef de la cour obéissait ainsi aux injonctions de sa fonction. Messieurs, je ne sais si l'archéo- logie nous a jamais fait négliger quelques-uns de nos devoirs, mais je suis certain qu'aucun de nous, avec ou sans péché, ne jettera la première pierre à l'auteur de cette infidélité judiciaire.

    Empressons-nous donc de des- cendre la côte d'Argoules. Sa pente est si rapide que nous sautons au bas de nos voitures ; l'une d'elles est trop chargée et peut-être dévaleràit-ellè plus vite que les chevaux. Nos appréhensions se trouvent bientôt justifiées à la vue d'une maison éventrée, la semaine précédente, par le timon d'une voiture dont les che- vaux s'étaient emportés.

    Nous voici donc sains et saufs sur la place d'Ar- goules, qu'ombrage un tilleul gigantesque-plusieurs fois centenaire et qu'agrémente le beau château, assez ancien et très bien conservé, appartenant actuellement à M. Nous remontons alors en voiture et, filant dans un joli chemin bordé de maisonnettes qui piquent de notes multicolores la fraîche verdure des haies et des arbres, nous atteignons enfin notre pre- mière étape, l'abbaye de Valloires.

    Reçus au seuil du vestibule par M. L'orgue fait entendre aussitôt des accords puissants et doux pour nous souhaiter la bien- venue. Tabbé Beaumert nous guide dans notre examen de Téglise. Vous n'attendez pas de moi, Messieurs, que je vous décrive par le menu ce monument religieux ; il fau- drait y consacrer trop de temps ; d'ailleurs, MM. La première impression qu'on reçoit tient presque d'une respectueuse admiration. Un ordre parfait, une propreté méticuleuse témoignent des soins que les 4iôtes de Valloires apportent à l'entretien du temple de Dieu.

    Tout y reluit à la lumière blanche, diffusée par des vitraux incolores, comme si les ouvriers ve- naient d'y mettre à l'instant même la dernière main. Et cependant, il s'est écoulé près d'un siècle et demi depuis le jour de la consécration en ! Sa disposition rappelle celle des églises pmmitives. Elles correspondent symétri- quement aux sculptures de l'orgue, d'un travail tout aussi remarquable.

    C'était un gentilhomme autrichien, expatrié à la suite de je ne sais quelle mésaventure. Abbeville devint sa patrie d'adoption. Il dut y prati- tiquer pour vivre la profession de sculpteur à une époque de la vie où il semble qu'on ne puisse plus rien apjjrendre. Phaff a aussi sculpté ou dessiné toutes les statues de Valloires. Au-dessous des extrémités de la galerie ajourée de l'orgue, l'Humanité tombée, d'après M. Quatre cariatides, dont deux à l'expression farouche et deux à l'expres- sion soumise, supportent le buffet, tandis qu'au-dessus des dais qui coiffent les tuyaux deux anges accom- pagnent de leurs instruments le roi David qui, debout au milieu et les psaumes à la main, semble chanter d'un air inspiré: Leur dépouille mortelle est inhumée sous le maître-autel Digitized by Google — 6i — avec celles de tous les autres comtes de Ponthieu dont VallcMres était le Saint-Denis.

    A la droite de la nef, en face d'un confessional riche- ment sculpté, s'ouvre une chapelle assez profonde dans laquelle on voyait, il n'y a pas encore bien longtemps, un groupe en bois représentant la décollation de saint Jean-Baptiste. Ce groupe était peint en couleurs natu- relles. L'effet produit était si saisissant que les religieux, voulant ménager la sen- sibilité des visiteurs, ont relégué le groupe dans une salle haute, où nous le retrouverons tout à l'heure.

    Au-dessus de la baie qui donne accès à la chapelle du fond, une toile placée trop haut pour qu'on puisse en apprécier le mérite est due à l'inépuisable pinceau du plus fécond de nos peintres, Lebrun.

    Sur l'autel de cette chapelle, un tableau repré- sente Mgr de la Motte d'Orléans, évêque du diocèse et abbé commendataire de Valloires, priant, entouré de ses moines. Deux ou trois autres productions estimables du même peintre, un Parroçel, et c'est à peu près tout.

    Par une transition logique, nous passons à la sacristie, où nous admirons quatre toiles de Joseph Parrocel d'une fraîcheur exquise, et un Boucher re- présentant saint Jérôme au désert, d'autant plus digne d'attention que cet artiste gracieux ne consacra géné- ralement pas son pinceau frivole et léger jusqu'à la licence à peindre des sujets de piété.

    Nous montons ensuite à la salle haute dont je viens de parler. Nous y retrouvons le groupe de saint Jean- Baptiste. On n'admet pas aujourd'hui la coloration des statues. Il est cependant hors de doute que les sculp- teurs grées eux-mêmes faisaient peindre les leurs. On demandait un jour à Praxitèle quelles étaient celles de ses statues qu'il préférait.

    Nicias était peintre à l'encaustique, et grand peintre. Je ne m'engagerai pas dans une discussion intempestive sur la polychromie , mais il est incontestable qu'en principe la coloration des statues, entre autres avantages, ajoute à la puis- sance de Tefïet.

    Veuillez me pardonner, Messieurs, ce souvenir tout personnel. Les voyageurs sont bavards. N'élions-nous pas des voyageurs le 6 juin, et, à ce titre, me refu- serez-vous votre indulgence? Pour ne pas vous retarder davantage, je n'essaierai pas même d'énumérer les objets curieux que M. Tous ont appar- tenu à Tabbaye et ont été retrouvés sous des dé- combres ou dans les greniers. Dessins naïfs, antiques gravures, vieux psautiers, serrures étranges, clefs étonnantes, font la joie des amateurs; enfin, des boia d'impression d'étoffes apprennent que les anciens moines de Valloires n'ont pas été seulement agricul- teurs, qu'ils ont encore pratiqué le métier de teintu- riers, après avoir été serruriers, tourneurs et facteurs d'orgues.

    Ce sont eux qui ont fabriqué les belles orgues de leur église. Je vous fais grâce de notre visite à la salle capitu- laire ornée de portraits de dom Comeau, le fondateur de Valloires et de Mgr de la Motte.

    Je ne parle que pour mémoire de notre passage à l'entrée d'un sou- terrain, aux cimetière, cours, jardins et dépendances de l'abbaye. Après une collation offerte dans le grand salon d'honneur, notre honoré Président a consigné sur un registre l'expression du plaisir que nous venions d'éprouver et du bon souvenir que nous garderons de la réception si attentionnée qui nous a été faite.

    Obéissance, ardente charité, Juste profit né d'un travail utile, Voilà sa règle, elle est dans l'Evangile. Une pluie fine et chaude nous accompagne jusqu'à Douriez. Sans en être incommodés, nous regrettons qu'un rayon de soleil ne vienne détacher par la dégra- dation des couleurs les plans du gai paysage de la vallée de l'Authie. Il convient toutefois de confesser les faiblesses de notre nature humaine: Les religieux, de Tordre de Cîteaux, furent dispersés par la Révolution. Ghilain Leleux 6'y établit, en , avec une communauté de Basiliens.

    Très proprement servi par M. Le café pris, les cochers déjà sur leurs sièges, nous remontons en voiture et nous nous dirigeons vers l'ancienne abbaye de Dommartin, où nous sommes accueillis aimablement par le fermier. Une cour d'honneur immense entourée de murs, un portail monumental quoique d'une architecture dou- teuse, une ferme et des ruines, voilà tout ce qui reste d'un monastère jadis riche et savant, où les moines, des Prémontrés, avaient réuni des éditions rares, des manuscrits ignorés, des médailles introuvables, enfin tous les nobles instruments de travail d'une existence vouée à la culture intellectuelle fécondée par la prière, car leur règle était tout entière contenue dans cette devise monosyllabique: Vayson a relevé un joli croquis, tout a été détruit, hélas!

    Sur remplacement de l'église, nous n'avons pu voir que deux tours en ruine, des débris de chapiteaux et les fondations des piliers, avec quelques pans de murs. Digitized by Google — 66 — Heureusement pour nous, MM. Henri et René Mac- queron nous ont restitué le monument par leurs sa- vantes explications.

    Leurs raisons ont paru probantes et leurs conjectures justifiées à notre Président et à ceux d'entre nous qui s'occupent spécialement d'ar- chéologie. L'architecture n'a pas de secrets pour eux; un modillon leur découvre une époque, une moulure leur indique une date. Ils nous ont promis de compléter leurs éclaircissements dans le Bulletin.

    L'aspect d'un si déplorable écroulement arracherait des larmes de pitié si la providence qui veut les hommes heureux n'avait jeté sur ces destructions un magnifique manteau de verdure et de fleurs. Entre les pierres tombées de l'église et du cloître s'est développée une véritable forêt vierge d'arbres et de plantes.

    Ce contraste harmonique de la vie avec la mort poétise ici les effets de nos fureurs et nous donne Tespérance d'un consolant avenir en nous montrant par l'exemple de la bienveillante nature que le travail et la bonté cicatrisent toutes les plaies et délivrent de toutes les misères.

    Damas-Froissart, capitaine d'artillerie, se proposait de fairp déblayer l'église et le cloître, afin que les visiteurs pussent wn- brasser du regard l'ensemble des anciens bâtiments de l'abbaye. Digitized by Google — 67 — Ce ne sont pas des ruines que nous avons vues à Dompierre, mais des restes assez bien conservés de son ancien château. Dompierre était, sous Fancien régime, un bourg populeux. De belles routes sillonnaient la forêt domaniale. Au XV' et au xvi" siècles, la Somme constituait la ligne de défense du pays parce qu'elle était couverte par TAuthie, facile à tenir à cause de ses bords maré- cageux.

    Le château de Dompierre, dont TAuthie baigne le pied, entrait dans le système avec Doullens et Albert. C'est assez dire son importance. Il apparte- nait à la puissante famille de Rambures. Vous savez avec quelle habile persistance Louis XI disputa le Ponthieu et, avec le Ponthieu, la Picardie, aux ducs de Bourgogne et aux Anglais, leurs alliés. Sa suite se compo- sait du duc de Berry, du comte d'Eu, du chancelier de France, de plusieurs barons et chevaliers.

    Si on ajoute à la liste de ces personnages Tescorte des ambassadeurs anglais et la foule des sotis-ordres et domestiques, on aura une idée des nombreux loge- ments dont il fallut disposer dans un château où la reine était déjà installée avec sa cour.

    Il est par conséquent certain que cette forteresse devait être considérable. On a de la peine à le concevoir aujourd'hui à la vue d'une seule grosse Digitized by Google - w - tour flanquée de- deux tourelles et augmentée de constructions assez restreintes portant la date de T. Lô mewnier qui les habite nous a gracieusement guidés dans notre visite.

    Il prétend avoir découvert dans son jardin, situé de l'autre côté de TAuthie, des fondations de tours et de murailles. Doit-on en tirer cette conclusion que le château de Dompierre aurait été en partie édifié au-dessus de la rivière, comme le fut plus tard le château de Chenonceaux au-dessus du Cher?. Ce problème d'architecture militaire ne manque pas d'intérêt; il semble qu'il soit digne d'exciter la sagacité d'un membre de la Société d'Émulation. Macqueron nous décriront les cheminées, les oratoires, les armes, les devises, les lettres entrela- cées et les emblèmes que nous avons remarquées.

    Contentons-nous d'admirer la fîère tournure de la grosse tour. Elle est encore pourvue de ses meur- trières,. Le service de ces créneaux était assuré par un chemin de ronde couvert. Défendu par une garnison suffisante, le château de Dompiejcre était imprenable. Il supporta victorieu- sement plusieurs sièges.

    L'un des plus mémorables est celui que trois cents paysans commandés par trente soldats soutinrent, en septembre , contre un grosi parti d'Espagnols ayant à leur tête le terrible comte de Fressin, le fléau du Ponthieu. De nombreux coups de canon n'ébranlèrent ni les murs ni lea cou- Digitized by Google — 69 — pages. Obligés de se retirer devant le feu meurtrier des assiégés, les Espagnols lurent poursuivis par ceux-ci.

    Deux cent quatre-vingts de leurs csptavrea, roulés par les eaux de l'Authie, allèrent raconter leur défaite aux riverains de Rapechy, de Dominois et d'ArgouIes. L'église de Dompierre porte les traces de tous ces combats. Ses murs sont criblés de trous creusés pap les projectiles. Le temps qui devait être consacré à chacune d'elles avait été si justement calculé, toutes les mesures avaient été si bien prises que, disposant de quelque avance, il fut décidé que nous nous arrêterions un instant au château de Regnière-Ecluse.

    On nous a permis d'examiner Tex-r térieur seulement. Cette aristocratique demeure appartient à M. Elle a été reconstruite de notre temps dans le style de transition du gothique à la Renais- sance, sur remplacement de lancien château fort de Wacogne.

    C'est un vaste bâtiment composé d'un corps de logis principal, accosté de deux ailes qui, avec la grille monumentale s'ouvrant sur la cour I Nous devons ces renseignements à Tobligeance de M. Tabbé Boursin, curé de Dompierre. Rien n'est plus élégant que ses tourelles à toits aigus, ses pi-- nacles fleuris, ses fenêtres à tympans armoriés, ses tuyaux de cheminées en briques s'élevant tournés en spirale, ses portes en arcs surbaissés, surmontés d'une ogive très aiguë.

    Situé au niilieu d'un parc immense, dont les pelouses étendues sont coupées de futaies splendides et sur la Hmite de la forêt de Crécy, le château de Regnière-Écluse offrait une posi- tion unique aux amateurs de plaisirs cynégétiques. Il n'est donc pas surprenant que les marquis de Soye- court aient été de forts chasseurs devant l'Éternel. L'un d'eux, gouverneur de la ville et de la citadelle de Rue vers , fut nommé par Louis XIV grand veneur de France.

    Il avait fait bâtir, à proximité de la forêt, la ferme de Belleforière dont nous avions remarqué la solidité en traversant le village de Machy. Il se complaisait dans le récit de ses exploits de nouveau Nemrod, sans faire grâce d'aucun détail à ses auditeurs. Vous vous rappelez le mouvement de cette Digitized by Google - 7i — scène: Pamoureux Éraste, exact au rendez-vous assigné par sa maîtresse Orphise, est empêché de la rejoindre par plusieurs fâcheux qui s'emparent de lui l'un après l'autre.

    Orphise croit qu'Éraste les lui pré- fère et se retire furieuse. Éraste veut courir après elle pour la détromper, mais voilà que Dorante M. Tu me vois enragé d'une assez belle chasse Qu'un fat C'est un récit qu'il faut que je te fasse. Et il entreprend l'interminable narration d'une chasse a courre, traversée par l'intervention inattendue d'un gentilhomme campagnard ignorant en vénerie, qui force et tue le cerf contrairement à toutes les règles de Part.

    Mais ne suis-je pas aussi un fâcheux en vous fai- sant si longuement le récit de notre excursion? Seu- lement, prenez garde, si vous me condamnez, j'ai mon excuse toute prête. Est-ce ma faute, après tout, si vous habitez un pays où la nature, l'art, rhistpire, vos ancêtres et vos travaux suscitent à chaque instant les réflexions, rappellent les anecdotes, remémorent les souvenirs de faits intimement liés à la vie si intéres- sante de notre ancienne France?

    J'y pensais au moment où nous descendions à Rue par le gentil petit village d'Arry. Le beau temps était revenu depuis deux heures de l'après-midi. De grandes ombres qu'étendaient sur la terre les adieux Digitized by Google - 72 — du soleil couchant annonçaient l'heure recueillie du erépuscule. Elles annonçaient également l'heure plus prosaïque du dîner.

    Aussitôt notre retour à Rue, il nous fut servi ponc- tuellement dans la salle à manger de l'hôtel Gaffet. Dîner excellent, dirigé par M. Gaffet en personne et qui n'a pas peu contribué à clôturer agréablement une journée si bien employée. Henri Maoqueron, et en comprenant M. René Macqueron dans la gra- titude que nous devons aux deux frères pour les interprétations qu'ils nous avaient exposées au cours de nos visites.

    Ayant repris le train à 9 heures 28 minutes, nous sommes rentrés chacun chez nous, sans fatigué, emportant un souvenir inoubliable d'une excursion qui comptera dans notre existence. La confraternité la plus cordiale n'a cessé de régner entre collègues heureux de poursuivre ensemble leurs études, de se communiquer leur idées, de s'éclairer mutuellement par leurs remarques et se promettant bien de se retrouver encore plus nombreux l'année prochaine pour se livrer tout aussi joyeusement à une nouvelle exploration archéologique.

    Le Orotoy, le 19 juin Digitized by Google '-. Bonnel, membre correspondant à Lyon Don de Tauteur. Col- mont Don des auteurs. L'auteur de cette notice, — qui a d'abord paru dans le Cabinet histo- rique de l'Artois et de la Picardie, — était mieux placé que tout autre pour traiter cette question, puis- qu'il appartient à la famille de la grande héroïne. Magqueron signale différents travaux relatifs à la Picardie, publiés dans diverses revues: Tabbé Franque ville sur les poésies de M.

    Gustave le Vavasseur, un de nos membres cor- respondants les plus distingués. Delignières signale également des découvertes d'objets gallo-romains par MM. Macquéron signale à son tour une étude de M. Vauvillé sur la fonderie de cloches des Cavillier de Carrépuits, — étude parue en dans les Annales de la Société historiques de Château-Thierry. Digitized by Google - 7S- M. Mémorial d'un Bourgeois de Domart- en-Ponthieu.

    Notre collègue rappelle d'abord à la suite de quelles circonstances ce manuscrit, dont on avait perdu la trace durant plus d'un demi-siècle, est entré dans le dépôt dont il a la conservation. Les sièges, les batailles, les mouve- ments de troupes, les dégâts occasionnés tant par les soldats français que par les Hispano-Impériaux, jus- qu'aux simples escarmouches, tout est soigneuse- ment noté.

    L'auteur de ce Mémorial ne s'est point borné à relever ce qui se passait sous ses yeux ; il in- terrogeait les officiers de passage à Domart, il lisait la Gazette et transcrivait ce qu'il avait appris ou ce qu'il avait lu.

    Les quelques milliers de notes que renferme ce manuscrit ne sont point seulement relatives à Domart, à Abbeville et au Ponthieu, mais aussi à toute la région du Nord, et même aux différents pays où nos soldats défendaient le drapeau de la France, en Allemagne, en Italie, en Espagne.

    Ce mémorial, écrit dans le français qui se parlait à cette époque dans nos campagnes, a été mis en ordre, contrôlé et annoté par M. Alcius Ledieu, qui, sous cette nouvelle forme, en propose l'impression à la Société après la lecture de quelques passages qu'il en a donnée. Magqueron a retrouvé un inventaire de Digitized by Google — 76 — donnant la description des reliquaires de Longpré- les-Corps- Saints.

    On y trouve aussi des renseignements propres à établir une comparaison, entre les reliques qui existaient à cette époque et celles qui ont été rapportées par Aléaume de Fontaine. Dans ce rapport, rédigé avec un tact parfait, M.

    Au nom de l'auteur, il est déposé sur le bureau un ouvrage portant pour titre: En annonçant ce don, M. Emile Coache, membre de la Société de topographie de France, et E. Gontier, vice-prési- dent de la Conférence scientifique d'Abbeville et du Ponthieu. Maressal, à Épagne, et R. Delignières, Président, à la séance du 3 décembre i Messieurs et chers Collègues, Nous sommes arrivés à la fin de la période de trois ans pour laquelle, en vertu de l'article 14 de nos statuts nouveaux, les Membres du Bureau ont été nommés.

    Avant de résigner les fonctions de Président que vous m'avez fait Thonneur de me conférer, et au moment de quitter ce fauteuil que, par vos deux votes successifs, j'occupe depuis quatre ans déjà, per- Digitized by Google — 78 — nfBttez-moi de revenir sur ces dernières années en vous parlant des actes et des travaux de notre Com- pagnie.

    Je ne le ferai toutefois qu'en payant, tout d'abord, un juste tribut de regrets à ceux de nos Membres titulaires que nous avons perdus dans ce laps de temps si tôt écoulé.

    En , c'était M. Un an après, mourait M. Jules Lefebvre, numismate dis- tingué, qui était un des vétérans de notre Société où il avait rempli pendant de longues années les fonctions d'archiviste et que nous avions ensuite nommé Membre honoraire.

    Dans le cours de Tannnée , nous perdions l'un de nos collègues les plus actifs et les plus dévoués, M. Armand Van Robais, cette figure si sympathique que M. Alcius Ledieu a su faire revivre dans une notice bien complète, et où il a su se rendre l'écho des sentiments de nous tous sur son caractère et sur ses écrits. A la fin de la même année décédait M.

    Lefebvre de Villers, notre ancien et vénéré Président, dont nous avions pu appré- cier l'esprit droit et les qualités d'administrateur; ses mérites ont été bien rappelés sur sa tombe par notre digne Vice-Président, M. Enfin, l'année qui va se terminer a encore été attristée par deux décès, celui de M. Millevoyo, un nom illustre, non seulement par son père, le poète abbevillois qui a marqué dans notre littérature, mais aussi par les hautes fonctions judiciaires que notre collègue avait Digitized by Google — 79 -r- reinplies avec éclat.

    Rappelons, en dernier lieu, la mort, trop tôt survenue, de M. Vous vous associerez, j'en suis certain, Messieurs et chers Collègues, à Texpression de ces regrets. Société d'Émulation, quelque sensible que soit pour qlle la perte de ces Membres, a su combler d'une manière-Utile les vides qui se sont produits dans son sein ; nous en avons pour preuve, notamment, la nomination, il y a plusieurs mois, de M. Et, puisque je parle des Membres de la Société, laissez-moi vous rappeler ici que deux de nos titu- laires ont reçu la décoration de la Légion d'honneur ; j'ai nommé M.

    Alexandre Monchaux et M. Nous avons nous-mêmes rendu à M. Prarond un hommage particulier en l'acclamant Président d'honneur, titre auquel lui donnaient droit les fonc- tions actives qu'il a longtemps remplies parmi nous et ses très nombreux et remarquables travaux dans la littérature et l'histoire locale. Je mentionnerai aussi que M. Delignières a été lui-même Tobjet d'une Digitized by Google — 80 — J'arrive, Messieurs, au fonctionnement de la Société d'Émulation, à ses actes et à ses travaux.

    Nos statuts ont été revisés et refondus il y a trois ans ; je n'y reviendrai pas: Texpérience en est faite aujourd'hui, et elle nous permet d'affirmer qu'ils répondent aux besoins et à une bonne organisation de notre institution. Nos publications ont pris une extension de plus en plus grande. En dehors du volume des Mémoires qui paraît maintenant chaque année régulièrement, nous donnons des Bulletins trimestriels ; ceux-ci renferment d'abord le résumé de nos séances mensuelles, d'après le registre des délibérations tenu par notre zélé et actif Secrétaire M.

    Ces Bulletins comprennent, en outre, à l'exemple d'autres Sociétés savantes, les communications et lectures d'actualité ou des travaux d'étendue moindre que ceux qui sont réservés pour le volume ; c'est en quelque sorte la vie journalière de notre Société qui s'affirme ainsi à des intervalles périodiques et témoigne de son activité.

    Alcius Ledieu a su, à la fin des trois premières années, en , faire ressortir dans une table des matières ingénieusement disposée, la part prise par chacun des Membres à nos actes et à nos travaux. Ajoutons enfin que le compte rendu abrégé de nos séances les plus remplies est adressé aux journaux de notre ville et permet ainsi au public d'apprécier le degré d'intérêt qu'elles présentent.

    Je dois rappeler distinction de la part du Ministre de Tlnstruction publique, qui lui a accordé les palmes académiques. Ses nombreux travaux et ses consciencieuses études sur les graveurs abbevillois le dési- gnaient depuis longtemps à une distinction qui, pour s'êlre fait attendre, n'en était que mieux méritée, et chacun des collègues de M. Delignières a applaudi au choix heureux du Ministre. Digitized by Google que c'jBst sur hv proposition de M.

    Alcius Ledieu, directeur des publications ; il est destiné aux travaux particulièrement importants ou devant être illustrés et pouvant être Fobjet d'une subvention du Ministère de l'Instruction publique, eu égard à leur valeur. Ledieu sur les Reliures artis- liques et armoriées de la Bibliothèque communale d'Abbevilley a été justement remarqué et il a 'donné à nos Mémoires un nouveau relief.

    Les nombreuses et belles planches qui ornent ce volume n'ont pas grevé notre budget, grâce à la subvention de francs que nous a valu du Ministère la présentation du manuscrit de notre collègue. Et, à ce sujet, je suis heureux de constater, Mes- sieurs, que notre situation financière, pour être tou- jours modeste, n'en est pas moins dans un état rela- tivement satisfaisant.

    Wignier, par le soin qu'il apporte à la rentrée des cotisations et par son utile gestion ; vous vous associerez. Messieurs, auxremer- cîments que je lui adresse ici au nom de la Société. Permettez-moi de vous donner lecture de la lettre suivante, que m'a adressée notre dévoué Trésorier: J'ai réglé le 8 décembre les frais des planches imprimées à Paris, soit.

    IQ Le 31 mars , à M. Fourdrinier, pour impression de exemplaires Cet ouvrage important a mis notre Société en relief, toutes les Sociétés savantes en ont fait le plus grand éloge, dont l'honneur revient à M. Alcius Ledieu, notre honorable confrère. La situation financière de la Société permet.

    Monsieur le Pré- sident, de supporter un léger sacrifice de fr. Van Robais, Longuemort et ses seigneurs par M. Je ne puis tout citer sous peine de reproduire une table des matières. Toutefois, il est une étude que je ne saurais passer sous silence, eu égard à son importance et à Tintérêt exceptionnel qu'elle présente pour nous, c'est celle que nous a donnée M. C'est, peut-on dire, un long chapitre de la biographie abbevilloise contempo- raine.

    La seconde partie de cet ouvrage va paraître dans le volume actuellement sous presse. Ce volume, préparé par la Commission des mé- moires, ne le cédera en rien, croyons-nous, aux pré- cédents, comme importance et comme valeur des travaux qui y paraîtront. Tierny, archiviste du Gers, et d'autres ouvrages.

    Les études parues, depuis quatre ans bientôt, dans nos bulletins, pour être de moindre importance comme étendue, n'ei ont pas moins été, pour la plu- part, dignes de remarque ; je ne puis pas les rap- peler ici en détail, mais vous avez présents au sou- venir les travaux historiques et autres de MM.

    Tabbé Danicourt, Dubois, Tabbé Th. Hubert, de Marsy, Macqueron et autres. Les manuscrits présentés ne nous manquent pas; tous nos membres, comme à Penvi, titulaires et cor- respondants, paraissent tenir à honneur de présenter les sujets de leurs recherches. La commission spéciale instituée pour composer les volumes et bulletins n'a eu souvent, on peut le dire, que l'embarras du choix.

    L'avenir est donc assuré et nouç pouvons compter sur la continuation de nos divers modes de publications. Il me reste à parler, avant d'arriver au terme de ce trop long rapport, d'une innovation dont je crois pou- voir revendiquer, dans une certaine mesure, l'initia- tive, et qui a réussi, j'ose le dire, au delà de nos pré- visions. Je veux parler de nos excursions archéolo- giques ; elles donnent à notre institution un nouvel et précieux aliment.

    Vous vous rappelez, Messieurs, notre voyage à Naours, où la visite de souterrains remarquables avait été si bien préparée par M. Cette année, nous avons fait une véritable tournée. On peut employer ce mot, eu égard à la longueur et aux étapes multiples du parcours ; elle a pu avoir lieu en un seul jour, grâce à la bonne organisation due à MM.

    Tabbé Beaumert, un prêtre dévoué et un véritable amateur, pour lequel les richesses artistiques qu'il sait si bien garder n'ont plus de secrets. Cette dernière excursion a été heureuse- ment complétée par la visite des ruines de Tabbaye de Dommartin, si imposantes et si curieuses, et du châ- teau de Dompierre, dont les créneaux et les machi- couHs ont bravé les siècles ; mais je n'ai qu'à vous prier de vous reporter au dernier bulletin où vous trou- verez la relation fort complète faite d'un style élégant par notre sympathique correspondant M.

    La Société aura, à mon avis, à coiltinuer ces excur- sions; elle y trouvera grand profit en provoquant ainsi l'émulation entre ses membres, sous une forme agréable et toujours intéressante. Nos relations avec les sociétés correspondantes sont toujours suivies et les échanges se multiplient, au grand profit réciproque, par des propositions qui nous viennent de divers points de la France,.

    Dernière- ment encore, elle faisait remettre au Président de la Société d'horticulture de Picardie, M. Decaix-Matifas, des médailles comme récompenses lors du brillant concours horticole si bien organisé dans notre ville. Peut-être pourra-t-èlle faire plus dans l'avenir, selon ses ressources ; mais il pouvait être bon de signaler que notre Compagnie ne manque pas les occasions de témoigner que tout ce qui rentre dans le domaine des sciences et des arts dans notre ville ne la laisse pas indifférente.

    Elle ne fait d'ailleurs que suivre ses tra- ditions. Vous savez que le Musée d'Abbeville et du Pon- thieu lui doit son origine ; aussi prend-elle intérêt à tout ce qui peut en enrichir les collections, et elle tient à honneur de toujours user du droit qu'elle s'est au- trefois réservé de présenter au choix du maire deux candidats désignés parmi ses membres titulaires pour pourvoir aux vacances qui se produisent dans le Conseil d'administration de nos musées.

    Le bienheureux Sadoc et ses compagnons dominicains. Storica immagine del Santo di Ferro. Are you the publisher? Claim or contact us about this channel. Embed this content in your HTML. Channel Catalog Subsection Catalog. Articles on this Page showing articles to of Contact us about this article.

    En avril-mai , dans la province de Xieng Khouang, les PP. De même dans le sud du pays, le P. Noël Tenaud et son fidèle catéchiste Outhay sont pris et exécutés; le P. Marcel Denis sera retenu prisonnier quelque temps mais partagera le même sort. Un de leur confrères écrit: En cette période troublée, nous avions tous, chacun plus ou moins, le désir du martyre, de donner toute notre vie pour le Christ.

    De à , il est au Grand Séminaire diocésain, puis rejoint celui des Missions Etrangères de Paris. Ordonné prêtre le 29 juin , il est envoyé à la 'Mission du Laos ', dont la partie principale est alors au Siam. Ses années comme curé à Kham Koem Thaïlande ont laissé un souvenir vivant. A partir de , il est curé de Pong Kiou Khammouane et rayonne dans toute la région.

    Son action, notamment au cours de divers épisodes belliqueux contre la tyrannie japonaise et la mainmise des troupes communistes, marque profondément les chrétientés de la minorité Sô.

    En , le P. Basé à Xépone, près de la frontière du Vietnam, avec son fidèle catéchiste Joseph Outhay, il prospecte les villages tout au long de la route qui monte de Savannakhet.

    En avril , les deux apôtres partent en tournée apostolique. Le chemin du retour est coupé: Il fait partie des martyrs au Laos entre et qui seront béatifiés en Après avoir étudié la langue à Tharae de à , il fut curé de Khamkeum de à , puis curé de Nam Tok de à , et de Phongkiou, en Après la division de la mission en , il fut nommé pro-préfet de la préfecture apostolique de Thakhek. Il fut alors emmené par un peloton de soldats, et on ne le revit jamais. Le bourg de Rocheservière est proche de Nantes mais appartient au diocèse de Luçon.

    Très jeune, Noël a été nourri de cette histoire encore récente, dont les souvenirs sont partout: Les symboles de la résistance sont la dévotion au Sacré-Coeur de Jésus et le Rosaire. Tout naturellement, comme de nombreux garçons de cette région, Noël souhaite devenir prêtre.

    Il fera donc ses études secondaires au Petit Séminaire de Chavagnes-en-Paillers. Il est admis ensuite au Grand Séminaire de Luçon, où il étudie de à À cette époque de vocations abondantes, les missionnaires passent régulièrement dans les séminaires pour promouvoir leur vocation particulière. Le 14 septembre , il passe au Séminaire des Missions Étrangères de Paris. Après deux années à Tharae au Siam, consacrées surtout à étudier la langue lao, Noël est nommé curé de Kham Koem, une chrétienté bien établie proche de Nakhon Phanom ; il y restera six ans.

    Les missionnaires du Laos doivent courir par monts et par vaux pour amener les âmes au grenier du bon Dieu, et je vois avec plaisir que les ouvriers apostoliques y travaillent avec une ardeur infatigable À quelques dizaines de kilomètres de Kham Koem, les martyrs de Songkhon offriront à Dieu les prémices de la mission. À son retour, il devient curé de Pongkiou, une chrétienté importante de la minorité ethnique Sô, dans la Province de Khammouane.

    Trois confrères des Missions Étrangères de Paris - les deux évêques présents à Thakhek, Mgr Gouin et Mgr Thomine, et le Père Jean Thibaud - sont emmenés en forêt sans autre forme de procès et sauvagement abattus. Son enfance vendéenne avait été nourrie des récits de la résistance contre la persécution déchaînée par les révolutionnaires français.

    Le Père Tenaud fit cause commune avec son commandement ; il en restera proche même par la suite. Le Père Marcel Denis, m. Avec un autre Père, il a pris la brousse quand les Japonais ont arrêté tous les Français. Mais le Père Tenaud a vraiment été le héros, parcourant tout le Haut et le Bas Laos, à pied ; ou parachutant des soldats français dans des avions anglais ; ou traquant les Japonais avec ses villages chrétiens.

    Lors de la prise de Thakhek en mars dernier, il était là, commandant ses Laotiens et ses Sôs. Le combat pour Dieu se mêlait - se confondait presque - avec le combat pour la légitimité française. Un épisode moins glorieux doit être mentionné ici: Les chefs historiques du front indépendantiste Lao-Issara, proches alliés du Viet-minh, trouvèrent là un appui très important.

    À la tête de leurs Laotiens, les Pères Tenaud et Cavaillier entrent dans Thakhek avec les parachutistes français Français et Laotiens entrent dans Thakhek en hurlant comme des possédés, le massacre commence Le Mékong devient rouge Officiellement, on compte 1 Annamites, hommes femmes et enfants!

    En réalité, il y en eut plus de 3 ! Un long congé en France, de mars à décembre , permettra au Père Tenaud de prendre définitivement ses distances avec la vie militaire. Tenaud et Mainier, avec la même conviction absolue: De fait, les ruines du Laos se relèvent, les chrétientés refleurissent, de jeunes missionnaires sont venus seconder les anciens et remplacer les morts En , Mgr Bayet succède à Mgr Thomine comme vicaire apostolique à Tharae ; il nomme le Père Tenaud pro-vicaire et vicaire délégué pour la partie du vicariat située dans le protectorat futur Royaume du Laos.

    Après la création de la préfecture apostolique de Thakhek, confiée à Mgr Jean Arnaud, il en est nommé pro-préfet La paix et la reconstruction se révélèrent toutefois des tâches difficiles. Dans les opérations de la guérilla autour de la ville de Thakhek, la veille de Noël , la vie de Noël Tenaud est menacée: Selon un rapport de la mission daté de , à quelque trente kilomètres de Thakhek on pouvait voir encore les trous des deux mines qui lui étaient destinées.

    Mais il eut la vie sauve, et échappa aussi au sort du groupe arrêté le 15 février et déporté au Viêt-nam, dont Mgr Arnaud, le Père Jean-Baptiste Malo, deux autres confrères m.

    Il fut alors supérieur par intérim des missionnaires de Paris et procureur de la Mission. Mais dans toutes ces circonstances il restait avant tout le curé de Pongkiou, le missionnaire bien-aimé et admiré des Sôs. À Thakhek il était connu pour rechercher dans toute la ville, au cours de ses fréquents passages, les chrétiens sortis des villages et perdus au milieu de la population urbaine.

    Dans son texte de déjà cité, le Père Marcel Denis évoque son confrère et mentor: Le Père cause avec tout le monde, fait rire tout le monde. Un fameux missionnaire que le Père Tenaud. Il a la sympathie de tous ses paroissiens et de tous les villages environnants Des païens insultent-ils des chrétiens parce que chrétiens? De nombreuses années plus tard, Mgr Urkia témoigne: Il était assez exigeant pour ses chrétiens, et il avait un grand amour en particulier pour les non-chrétiens.

    Il était profondément préoccupé des catéchumènes, ou plus simplement des Laotiens qui avaient montré quelque désir de connaître la foi chrétienne. Il a voulu à tout prix partir à leur rencontre, malgré le danger. Il était cependant un peu fanfaron, il aimait se montrer Ses connaissances médicales étaient bonnes.

    Ses jeunes collaborateurs avaient un peu peur de lui: Il ne cherchait pas à être populaire. En juin le Père Tenaud partit en congé en France. À son retour en juillet , il avait 55 ans. La région que le Père Tenaud avait prise en charge était depuis toujours réputée peu sûre. Cela a fini par se savoir: Le jour venu, il a été facile de lui tendre un piège. En avril , Noël Tenaud part avec son fidèle catéchiste Outhay et un tout jeune chrétien de Pongkiou, sourd-muet, pour une tournée des villages de catéchumènes qui lui étaient confiés.

    Plus loin sur la route, un pasteur protestant qui rentrait de Xepone lui confirme la mauvaise nouvelle. Mais la route du retour avait été coupée au-delà de Phalane, à une cinquantaine de kilomètres de Savannakhet.

    Les trois voyageurs se réfugient alors dans un village en retrait de la route. Trahis par les villageois, il sont arrêtés par les soldats nord-vietnamiens, qui leur enjoignent de retourner à Phalane.

    Sur le chemin entre Muang Phine et Phalane, ils tombent dans une embuscade: Ils y sont soignés durant huit jours et se remettent de leurs blessures. On ne les a jamais vus revenir à Phalane, et on ne les a jamais vus arriver à Savannakhet.

    Des bruits alarmants circulèrent tout de suite sur leur compte. La maison du Père Tenaud à Phalane fut pillée de fond en comble et criblée de balles ; sa voiture fut retrouvée complètement détruite. En des témoignages très divers permirent de conclure avec certitude que, ayant donné sa vie pour la mission, Noël Tenaud était retourné vers le Père.

    Son décès a alors été enregistré par la Société des Missions Étrangères à la date fictive du 15 décembre Cette date a toutefois été rectifiée par la suite: Noël Tenaud a-t-il été tué? Les dirigeants de la guérilla, formés au Viêt-nam, étaient motivés pour arrêter coûte que coûte la progression du christianisme dans le peuple laotien.

    Pour ceux qui furent ses collaborateurs laotiens, le Père Tenaud est un vrai martyr: Pourquoi le Père Noël Tenaud est-il allé au-devant de la mort? Mais pour lui le souci des catéchumènes laissés à eux-mêmes a été plus fort. Ils sont morts courageusement, héroïquement, pour être fidèles à cette option fondamentale de leur vie. Le témoignage de Mgr Urkia est concordant: Brève présentation des 17 martyrs du Laos.

    Plus de vingt ans plus tard, leur démarche a abouti. Ce 5 juin, le pape a signé le décret que lui présentait le cardinal Angelo Amato, préfet de la Congrégation pour les causes des saints. Le pape François a signé la promulgation des décrets relatifs au martyre de 17 prêtres et laïcs tués au Laos entre et Au printemps , la guérilla occupe la province laotienne de Sam Neua ; les missionnaires ont été évacués.

    Le jeune prêtre Joseph Thao Tiên, ordonné en a décidé pour sa part: Je suis prêt à donner ma vie pour mes frères laotiens. Jean-Baptiste Malo, ancien missionnaire en Chine, avait été arrêté avec quatre compagnons. En , son confrère des Missions Etrangères René Dubroux, ancien prisonnier de guerre en , est trahi par un proche collaborateur et éliminé par la guérilla, qui le balaie comme un obstacle dérisoire à leur volonté. Cette année-là le Saint-Siège avait donné la consigne: En , le jeune catéchiste hmong Thoj Xyooj et le P.

    Noël Tenaud et son fidèle catéchiste Outhay sont pris et exécutés ; le P. En , Jean Wauthier, infatigable apôtre des réfugiés, épris de justice, champion des droits des pauvres, est éliminé par une autre faction ; il laisse une population éperdue de douleur: Il était prêt ; il a donné sa vie par amour pour les siens.

    En , Lucien Galan, lui aussi ancien missionnaire de Chine, visite les catéchumènes isolés du plateau des Boloven. Au retour de leur mission, on leur a tendu un guet-apens ; tous deux meurent sous les balles ; leur sang se mêle pour féconder la terre du Laos. Début , le jeune catéchiste Luc Sy est envoyé en mission par son évêque dans la région de Vang Vieng.

    Avec un compagnon, Maisam Pho Inpèng, ils sont en tournée dans un village où plusieurs familles sont devenues catéchumènes.

    Eux aussi meurent, en plein élan missionnaire, pour le Christ et pour le peuple de Dieu. Tous deux étaient chefs de famille. La jeune Eglise du Laos reconnaît en eux leurs Pères fondateurs. Profil biographique des 17 martyrs du Laos. Joseph Thao Tiên, protomartyr Son grand-père et son père avaient déjà été des chrétiens remarquables.

    Bon élève, il est admis en à la section petit séminaire, où il étudie le latin et le français. Il sera le seul des jeunes montagnards à passer avec succès au grand séminaire. Vacances et stages confirment sa vocation: De à il est élève des Pères sulpiciens au Grand Séminaire de Hanoi. Il rentre au Laos à pied, mais la guerre arrive là aussi.

    De nombreux condisciples se souviennent avec émotion de lui, et témoignent de son attachement indéfectible à la mission dans son pays, le Laos. Le 6 juin il est ordonné prêtre à la cathédrale de Hanoi. Le 1 er octobre , il peut enfin rejoindre sa chère mission, à Sam Neua au Laos.

    Mais dès novembre, il se retrouve au-delà de la ligne de front, en zone de guérilla. La paix revenue provisoirement, il réorganise et dirige les écoles du Muang Sôi. A Noël , la guérilla communiste reprend. Le 2 juin , il quitte le camp de Ban Ta Lang, escorté de quatre gardiens.

    Il est ligoté et abattu de cinq balles. Il grandit à Vay 44 , dans une famille de petits paysans. Vocation tardive, il entre au Séminaire des Missions Étrangères à 29 ans. Ordonné prêtre le 1er juillet , il est envoyé en mission à Lanlong Anlong, Guizhou , en Chine.

    Dans cette région montagneuse aux confins des provinces de Guizhou, Guangxi et Yunnan, il règne alors une grande insécurité.

    En dépit de grandes difficultés, toujours sur le qui-vive, le P. Au retour, le 15 février , ils tombent dans une embuscade des Viêt Minh. Avec son préfet apostolique, des confrères et une religieuse, le P. Malo fait face à des interrogatoires. Le groupe est emmené à pied vers un camp de rééducation près de Vinh Vietnam , à des cen-taines de kilomètres. Ses gardiens lui refusent tout repos et tout soin: Mario Borzaga, OMI Mario Borzaga est né à Trente le 27 août Le 21 novembre , il fait son oblation perpétuelle.

    Quelques semaines plus tard il écrit: Le 24 février , Mario est ordonné prêtre ; sa messe de prémices est célébrée le dimanche 28 avril à la cathédrale de Trente, sa paroisse. Le 2 juillet, il reçoit son obédience pour le Laos. En décembre le P. Mario Borzaga est envoyé dans le village de Kiucatiam Louang Pra-bang. Le dimanche 24 avril après la messe, des Hmong de Pha Xoua viennent à lui. Ils renouvellent la demande de visiter leur village, qui est à trois jours de marche par-delà la forêt et les pentes escarpées de la montagne.

    Mario se prépare alors en hâte pour une tournée missionnaire de quinze jours, avant le début de la saison des pluies. Le 25 avril il se met en marche, accompagné de son jeune catéchiste Paul Thoj Xyooj. Ce sera un voyage sans retour. Les recherches entreprises après la disparition des deux voyageurs ne donneront aucun résultat.

    Les témoignages recueillis depuis le début, mais surtout au cours des dernières années, confir-ment toutefois ce qui était depuis le début la certitude des Hmong: À 27 ans, le P. Mario Borzaga avait rendez-vous avec son Créateur. Le catéchiste Paul Thoj Xyooj Né en à Kiukatiam Louang Prabang , il sera baptisé à 16 ans, le 8 décembre , par le P.

    Les témoignages décrivent Paul Xyooj comme un catéchiste zélé et utile. En décembre , il est envoyé à la nouvelle école de catéchistes de Louang Prabang pour y poursuivre sa formation ; mais il est en crise et retourne bientôt dans son village natal. Les mois suivants, il est proche du P. Mario Borzaga, qui parle souvent de lui dans son Journal. Lundi 25 avril , le P. En fait, Xyooj doit faire face au sacrifice de sa vie en cherchant à sauver son missionnaire.

    Un témoin a rapporté ses dernières paroles: Là où il sera mort, je serai mort, et là où il vivra, je vivrai. René Dubroux, MEP René Dubroux est né le 28 novembre à Haroué, dans le diocèse de Nancy en France. Le 8 janvier il est ordonné prêtre pour le diocèse de Saint-Dié, et nommé vicaire à la paroisse Saint-Pierre-Fourier de Chantraine. En , il est chargé du district de Nongkhène près de Paksé.

    Des menaces pèsent sur lui: Quant à lui, il a décidé de rester et de poursuivre sa mission. Tard dans la soirée du 19 décembre , le P. Dubroux est en conversation avec ses catéchistes dans la sacristie de la petite chapelle de Palay, qui lui sert de logement. Il est abattu presque à bout portant par ses ennemis. Il avait une haute idée de ses devoirs de pasteur ; il est mort par amour de ses fidèles, par fidélité à sa mission. Son souvenir est resté très vivant chez tous ses anciens paroissiens.

    Louis Leroy, OMI Louis Leroy est né le 8 octobre à Ducey, dans le diocèse de Coutances en France. Après un temps de rattrapage scolaire à Pontmain, il suit avec courage les six années de philosophie et de théologie à Solignac.

    Ordonné prêtre le 4 juillet , il est envoyé à la Mission du Laos. Ses résultats médiocres sont compensés par son infatigable dévouement au service des malades, par son amour des plus pauvres, par sa patience envers les pécheurs.

    Inlassablement, il visite les villages qui lui sont confiés, à des heures de marche autour de sa résidence de Ban Pha. A ses correspondantes carmélites, il confie ses joies et ses peines ; il souffre de la tiédeur et du manque de constance de certains chrétiens. Le 18 avril , un détachement vient le chercher.

    Dans la forêt voisine, il est sommairement abattu. Michel Coquelet, OMI De son service militaire aux confins du Sahara, il rapporte une véritable passion pour le soin des malades. Le 20 avril , il est en tournée au service des malades. Les soldats de la rébellion lui tendent un guet-apens à Ban Sop Xieng. Il est tué au bord de la route. Son corps sera jeté dans le torrent, qui irrigue cette terre laotienne où il avait semé avec patience et amour la Parole de Dieu. Il fait ses études secondaires, puis son noviciat, chez les Missionnaires Oblats de Marie Immaculée à Pontmain.

    Pour les études de philosophie et de théologie, il est à La Brosse-Montceaux, où il vit le drame du 24 juillet Ordonné prêtre le 7 juillet , il se fait photographier devant le monument aux Oblats fusillés, où est gravée dans la pierre la phrase de Jésus: Dans le secteur de Paksane, il est un pasteur attentif, qui sait se faire aimer de ses chrétiens de troisième génération. A Ban Ban, son apostolat est surtout auprès des réfugiés thaï-deng, qui avaient fui la persécution des Houa Phanh — apostolat ingrat, où il doit lutter contre le découragement.

    Noël Tenaud, MEP Basé à Xépone, près de la fron-tière du Vietnam, avec son fidèle catéchiste Joseph Outhay, il prospecte les villages tout au long de la route qui monte de Savannakhet. Le catéchiste Joseph Outhay À douze ans, la persécution finie, Outhay est envoyé pour 6 ans au petit séminaire de Ratchaburi. Il revient alors au village: Outhay vit là un signe: Homme expérimenté, mûri précocement par la vie, il fut à Pongkiu un catéchiste apprécié de tous, chargé de la formation de jeunes catéchistes débutants.

    Homme de confiance du P. De son vivant, Outhay était déjà considéré comme un catéchiste héroïque. Son exemple est une inspiration pour tous. Marcel Denis, MEP Ordonné prêtre le 22 avril , il part en pour la Mission du Laos. À partir de , il est envoyé vers les zones intérieures du Khammouane. Pèlerin infatigable, il parcourt une vaste région et ouvre le dialogue avec les populations rencontrées.

    Çà et là la bonne graine germe, ouvrant de grands espoirs de conversions. En avril , la guérilla communiste occupe en quelques semaines tout le territoire qui lui est dévolu. Il est arrêté et emmené en détention vers un lointain village à la frontière du Vietnam. Au bout de trois mois, le 31 juillet , il est emmené dans la forêt et exécuté. Jean Wauthier, OMI Il y est élève au Petit Séminaire de Bon-Encontre, et son souvenir y reste très vivant.

    En , il rejoint à travers un pays en désordre le noviciat des Missionnaires Oblats de Marie Immaculée à Pontmain. Au scolasticat de Solignac, alors en construction, les travaux manuels les plus pénibles ne le rebutent pas.

    Homme au physique robuste et au caractère trempé, il fait son service militaire en Afrique du Nord comme élève-officier parachutiste: Ordonné prêtre le 17 février , il rejoint en octobre la mission du Laos. Pionnier lui-même, il se met à leur service à travers ses connaissances médicales, techniques, linguistiques et catéchétiques. Outre le soin des néophytes et des catéchumènes et le défrichage missionnaire, le P. Il est désormais conscient que sa vie est menacée. Le lendemain, un des catéchistes écrit à ses parents: Lucien Galan, MEP Lucien Galan est né le 9 décembre à Golinhac, dans le diocèse de Rodez en France.

    Ordonné prêtre le 29 juin , il part en décembre pour la Mission de Xichang, au Sichuan Chine. Après quelques semaines de repos, il est réaffecté à la Mission de Paksé au Laos.

    Il a soin aussi des Chinois de Paksé. En février , il prend la relève du Serviteur de Dieu René Dubroux, assassiné, dans la zone limitrophe entre forces laotiennes rivales. Il y assure la catéchèse et la messe. Dimanche 12, il reprend la route pour une célébration au Km de Paksé.

    Le jeune Khampheuane est tué sur le coup, son ami blessé. Galan est achevé au poignard. Il meurt, victime de son devoir et de sa charité. Thomas Khampheuane Inthirath est né en mai dans le village de Nong Sim ethnie lavên sur le plateau des Boloven, vicariat apostolique de Paksé.

    Son père avait succédé au grand-père maternel comme catéchiste du village, et avait connu la prison pour ce motif. A quinze ans, il est choisi par le P. Thomas était fier de ce choix. Le 11 mai , le P. Galan passe là, en route pour les villages catéchumènes les plus lointains.

    Au retour, la voiture fut prise en embuscade: Malgré la détresse de la famille, le papa confia à un missionnaire être fier que son fils ait accepté de donner sa vie pour sa foi. Joseph Boissel, OMI À 14 ans, orphelin de père, il entre au juniorat des Oblats de Marie Immaculée à Jersey, et poursuit avec eux sa vocation missionnaire. Boissel appartient à la génération des pionniers oblats de cette mission, qui ont connu toutes les secousses des guerres successives.

    En mars , il est prisonnier des Japonais à Vinh au Vietnam. En il est à Paksane dans la vallée du Mékong: En , il obtient de repartir dans les montagnes de Xieng Khouang. En novembre , il est de retour pour de bon dans le district missionnaire de Paksane, curé de Nong Veng puis de Lak Si.

    Mais il aura de plus en plus la charge des villages des réfugiés, qui ont fui la guerre et le communisme de Xieng Khouang. Le samedi 5 juillet , le P. Cette mort sur la brèche, en pleine mission apostolique, a fortement impressionné tout le peuple de Dieu.

    Son souvenir y reste très vivant. Le catéchiste Luc Sy Le village fut baptisé le 28 octobre ; Sy reçut les noms de Luc et Marie. Jean Wauthier, qui sut lui faire partager son esprit apostolique. En , blessé, il est démobilisé. Il est accueilli comme catéchiste à Nong Sim dans la Mission de Paksé.

    Il se marie avec une jeune veuve catholique, qui avait deux enfants ; le couple mettra au monde une fille. Élève doué, mûri par la vie, assidu à la prière, ouvert aux plus délaissés, Luc Sy fut prêt dès Noël pour un envoi en mission.

    En peu de temps, il y accomplit un travail remarquable, tant pour le développement que pour la catéchèse. Le 4 mars, rejoint par Louis-Marie Ling, diacre Voluntas Dei et futur évêque, il fait la retraite mensuelle.

    Ils partent le lendemain avec un compagnon à Dène Dine, pour une tournée auprès des catéchumènes. Dès le début, il y eut autour de Luc Sy une réelle aura de sainteté et de martyre: Le responsable laïc Pho Inpèng Homme instruit, respecté et influent, il est bientôt choisi comme responsable laïc de la petite chrétienté, faite surtout de catéchumènes.

    Les martyrs français sont en italiques. Joseph Thao Tiên, né le 5. René Dubroux, MEP, né le Mario Borzaga, OMI, né le Louis Leroy, OMI, né le 8. Michel Coquelet, OMI, né le Noël Tenaud, MEP, né le Marcel Denis, MEP, né le 7. Jean Wauthier, OMI, né le Thomas Khampheuane Inthirath, né en mai à Nong Sim Champassak , élève caté-chiste lavên, mort le Lucien Galan, MEP, né le 9. Joseph Boissel, OMI, né le Dès avant sa mort, au moment de son emprisonnement, le P.

    Joseph Thao Tiên est apparu comme un véritable témoin de la foi chrétienne dans un milieu foncièrement hostile. Tiên a servi de modèle à tous ceux qui se trouvaient confrontés aux mêmes choix que lui.

    Mais lui a toujours refusé. Joseph Tiên a eu la même valeur exemplaire. Les martyrs du Laos: Steckling, supérieur général OMI, notifie à la Conférence épiscopale Laos-Cambodge que les Oblats acceptent de représenter les évêques pour cette cause. Joseph Thao Tiên et ses 14 compagnons. Le Saint-Siège accorde le nihil obstat à la cause. Soubrier nomme la Commission historique.

    Joseph Thao Tiên et ses compagnons. Joseph Thao Tiên Nantes, 15 martyrs et du P. Mario Borzaga Trente, 2 martyrs soient coordonnées, puis étudiées conjointement.

    Un volume de pages contenant leurs observations, objections et questions est remis à la Postulation. Le même jour, le pape François signe le décret autorisant la publication de cette décision. Au printemps la guérilla occupe la province laotienne de Sam Neua; les missionnaires ont été évacués.

    Continuez à taire progresser votre village En , son confrère des Missions Étrangères René Dubroux , ancien prisonnier de guerre en , est trahi par un proche collaborateur et éliminé par la guérilla, qui le balaie comme un obstacle dérisoire è leur volonté.

    De même dans le sud du pays, le Père Noël Tenaud et son fidèle catéchiste Outhay sont pris et exécutés; le Père Marcel Denis sera retenu prisonnier quelque temps mais partagera le même sort. Jean avait regardé plus dune fois la mort en face. Il était prêt; il a donné sa vie par amour pour les siens. En , Lucien Galan , lui aussi ancien missionnaire de Chine, visite les catéchumènes isolés du plateau des Boloven. Au retour de leur mission, on leur a tendu un guet-apens; tous deux meurent sous les balles; leur sang se mêlé pour féconder la terre du Laos.

    Avec un compagnon, Maisam Pho lnpèng, Is sont en tournée dans un village où plusieurs familles sont devenues catéchumènes. On les attendait è la sortie du village. La jeune Église du Laos reconnaît en eux leurs Pères fondateurs. Just as Jesus delivered himself to death for us, the ignominious death on the cross, so too the missionary, who has received from God the Mission to be His successor on earth, must be ready for every sacrifice.

    The vocation of the Foreign Missions, in fact, is a vocation to total sacrifice, a total gift of self to God in the details of daily life, even unto death itself.

    He even needs to change his deepest ways of thinking. Like Jesus Christ, the missionary must become like those whom he has come to save… And having reached maturity, he must make for himself a new life; restart his education from its very foundations; rebuild the entire structure of his knowledge.

    Much more suffering, many more sacrifices still await him there, but that does not bother him, for his commitment to God must extend even unto death…. The Gospel laborer must work with the sweat of his brow and, at the price of his suffering, purchase the fruit that will serve as remuneration for his action, that is to say, souls….

    Blessed Noël Tenaud, farewell sermon to his parish,. Rocheservière, Francia, 11 novembre - Phalane, Laos, 27 aprile Incaricato di svariati villaggi, riusciva a farsi ascoltare da tutti e si preoccupava in particolare dei catecumeni. Alla richiesta di essere riportato alla missione col catechista, venne portato via e ucciso con lui il 27 aprile La loro memoria liturgica cade il 16 dicembre, unitamente a quella degli altri quindici martiri del Laos.

    Una vocazione alimentata dal sangue dei martiri. Il suo villaggio era vicino a Nantes, ma apparteneva alla diocesi di Luçon. In seguito divenne parroco di Kham Koem, una comunità cristiana ben stabilita. Nel pieno della seconda guerra mondiale, dovette trascorrere un anno in esilio in Vietnam.

    A padre Tenaud parve di rivivere i racconti di quanto accaduto in Vandea e decise di non restare in disparte: Un lungo congedo in Francia, dal marzo al dicembre , gli fece capire di dover prendere le distanze dalla vita militare.

    Si diede quindi alla ricostruzione delle comunità cristiane del Laos, in qualità di pro-vicario e delegato per la parte del vicariato che rientrava nel protettorato francese. Fu poi nominato pro-prefetto della neonata prefettura apostolica di Thakhek.

    Nel Natale , le truppe dei guerriglieri avanzavano sempre di più nella regione. A Thakhek divenne famoso perché cercava in tutta la città i cristiani che erano scappati dai villaggi, ma si erano persi. Facendo base a Savannakhet, visitava i villaggi verso la frontiera del Vietnam, con la speranza di creare una nuova comunità cristiana.

    La regione era apparentemente tranquilla, ma spesso, lungo la strada, il missionario incontrava alcuni guerriglieri: I tre viaggiatori, allora, si rifugiarono in un villaggio lungo la strada, ma furono traditi dai loro stessi ospiti e arrestati dai soldati nord-vietnamiti, che imposero loro di tornare a Phalane. Ricondotti a Phalane, vennero curati, mentre il ragazzo sordomuto venne rimesso in libertà. Nel varie testimonianze condussero a pensare che entrambi fossero dispersi.

    Padre Noël Tenaud e Joseph Outhay Phongphumi sono stati inseriti in un elenco di quindici tra sacerdoti, diocesani e missionari, e laici, uccisi tra Laos e Vietnam negli anni e capeggiati dal sacerdote laotiano Joseph Thao Tiên.

    La fase diocesana del loro processo di beatificazione, ottenuto il nulla osta dalla Santa Sede il 18 gennaio , si è svolta a Nantes di cui era originario il già citato padre Jean-Baptiste Malo dal 10 giugno al 27 febbraio , supportata da una commissione storica. Il decreto sul martirio e la beatificazione. Il 27 novembre la riunione dei consultori teologi si è quindi pronunciata favorevolmente circa il martirio di tutti e diciassette.

    Questo parere positivo è stato confermato il 2 giugno dal congresso dei cardinali e vescovi della Congregazione delle Cause dei Santi, ma solo per Joseph Thao Tiên e i suoi quattordici compagni: Esattamente un mese dopo, il 5 giugno, papa Francesco autorizzava anche quello per gli altri quindici. La beatificazione congiunta dei diciassette martiri, dopo accaniti dibattiti, è stata infine fissata a domenica 11 dicembre a Vientiane, nel Laos.

    La loro memoria liturgica cade il 16 dicembre, anniversario del martirio di padre Jean Wauthier, Missionario Oblato di Maria Immacolata. À Naples, vers , saint Sévère, évêque, que saint Ambroise aimait comme un frère, et que son Église a aimé comme un père.

    Severus of Naples B RM. Bishop Severus of Naples was a renowned miracle worker. He raised a dead man to life in order that he should bear witness in favor of his persecuted widow Benedictines. Bishop of Naples , Italy from to Friend of Saint Ambrose of Milan.

    Built four basilicas and other churches. Miracle worker; he once brought a dead man back to life so he could clear his widow of false accusations by a creditor. San Severo di Napoli Vescovo. Della sua vita antecedente al ministero episcopale non sappiamo quasi nulla. La sua opera si svolse in un periodo di ritorni al paganesimo e di eresie. Fu amico di sant'Ambrogio che conobbe durante il Concilio plenario campano del a Capua.

    A Severo viene attribuita la costruzione del celebre Battistero di Napoli, il più antico dell'Occidente. Nel catalogo dei vescovi napoletani è al dodicesimo posto; della sua vita anteriore al suo ministero vescovile, non si sa praticamente nulla. IV , che era morto in esilio in Oriente, durante la persecuzione ariana.

    Bisogna dire che s. Massimo fu il decimo vescovo di Napoli e s. Fu amico di s. Ambrogio vescovo di Milano, che ebbe occasione di conoscerlo durante il Concilio plenario campano, tenutasi nel a Capua. Gli vengono attribuite le fondazioni di quattro basiliche, di cui una adorna di marmi e preziosi mosaici era dedicata al Salvatore, di questa antica basilica chiamata poi S. Fuori delle mura della città, Severo fece costruire a poca distanza dalla Basilica di S. Fortunato, una basilica cimiteriale, dove fece deporre le reliquie del vescovo s.

    Massimo e che pare sia stata pure la sua prima sepoltura. Da questa basilica, le sue reliquie furono trasferite verso la metà del IX secolo, in un oratorio della Basilica urbana di S.

    Il santo è anche patrono della città e diocesi di S. Severo, in provincia di Foggia. Il était évêque à Jérusalem lorsque l'impératrice sainte Hélène découvrit les reliques de la Passion du Christ. A quelque temps de là, l'empereur Julien l'Apostat voulut le contraindre à revenir aux idoles. Saint Cyriaque refusa et il fut torturé avec du plomb fondu coulé dans sa bouche avant d'être jeté dans un chaudron d'huile bouillante.

    Saint Cyriacus, patron of Ancona, Italy, is variously and unreliably conjectured to have been the legendary Jew named Judas Quiriacus, who revealed where the Cross was hidden to Empress Saint Helena.

    Later he was baptized, consecrated as bishop of Jerusalem, and martyred during the persecutions of Julian the Apostate. Otherwise, he is said to have been the bishop of Ancona who died or was killed during a pilgrimage to the Holy Land, or he is styled as Bishop Judas of Jerusalem, who was killed during a riot there in In other words, we don't really know who he was, but we have a 12th- century illumination of his martyrdom Benedictines, Coulson, Delaney.

    The principal patron of Ancona, St. Judas Cyriacus, may possibly have been a local bishop who died or was killed during a pilgrimage to Jerusalem.

    On the other hand, he has been conjecturally identified with Judas, bishop of Jerusalem, who was slain during a riot in the year The local tradition of Ancona, however, connects its patron with Judas Quiriacus, a legendary Jew who is supposed to have revealed to the Empress Helen, the place in which the Holy Cross lay hidden, and after being baptized and made bishop of Jerusalem, to have suffered martyrdom under Julian the Apostate.

    A fantastic account of his dialogue with the emperor Julian, and of the torments endured by him and his mother Anna, is furnished in the so-called "Acts" of his martyrdom. Ancona is said to owe to the Empress Galla Placidia the relics of its patron, but the saint's head was brought over from Jerusalem by Henry, Count of Champagne, who built a church in the town of Provins to contain it.

    His feast day is May 4th. Le martyre de Saint Judas Quiriace, miniature du martyrologe de saint Basile. Commemorated on October Being present at the discovery of the Cross, Cyriacus before Baptism he was named Jude sincerely came to believe in Christ the true God, and he became a Christian.

    Cyriacus, because of his pure and virtuous life, was later chosen to be Patriarch of Jerusalem. He suffered martyrdom under the emperor Julian. During the cruel persecution under Julian the Apostate, in the year , Saint Cyriacus accepted suffering for the Faith. He was killed after prolonged tortures.

    Bishop of Ancona , Italy. Martyred in the persecutions of Julian the Apostate while on a pilgrimage to the Holy Lands. San Ciriaco di Gerusalemme Vescovo e martire. Data di nascita e morte incerte. Originario, secondo una tradizione, della Palestina. Un testo apocrifo racconta che, ebreo di nome Giuda , assunse il nome di Ciriaco dopo essersi convertito.

    Dopo un lungo episcopato, durante un pellegrinaggio sui luoghi santi, sarebbe stato martirizzato, sembra, verso il Una terza tradizione racconta invece che egli non sarebbe mai giunto in Italia e che le sue reliquie furono trasportate ad Ancona nel secolo V, per volontà di Galla Placidia.

    Qui il culto per lui dura da un millennio e mezzo. Abbiamo solo tradizioni incomplete, discordi, e se ne tenta qui una succinta rassegna. Secondo una di esse, egli era un dotto ebreo di nome Giuda; e si fece poi cristiano chiamandosi Ciriaco dopo aver visto disseppellire nella zona del Calvario quella che fu ritenuta la vera Croce di Gesù. Ma in base alla tradizione anconetana registrata anche dal Martirologio Romano, e a giudizio di studiosi moderni come Mario Natalucci, un altro scenario pare più attendibile: A quel tempo gli anconetani insistevano per ricevere da Gerusalemme i resti del primo martire cristiano, santo Stefano che erano stati ritrovati nel , per collocarli in una chiesa a lui dedicata.

    La città farà di lui il suo patrono principale, incidendo poi la sua immagine nelle monete. Comme tous les soldats, il dut un jour offrir l'encens à la statue de l'empereur pour témoigner de sa loyauté. Conduit à Byzance, il eut les mâchoires brisées durant le voyage et souvent flagellé. Il resta fidèle à Jésus Christ et fut décapité dans le quartier du Staurion à Constantinople où une petite église fut construite en son honneur. À Byzance, vers , saint Acace, soldat, martyr.

    Acacius of Byzantium M RM. Saint Acacius was a Cappadocian centurion in the Roman army stationed in Thrace, who was tortured and beheaded at Byzantium under Diocletian. Constantine the Great built a church in his honor Benedictines. In art, Saint Acacius is a centurion with a bunch of thorns. He may also be shown 1 in armor with a standard and shield, or 2 in Byzantine art, with Saint Theodore Tyro Roeder.

    Christian centurian in the imperial Roman army stationed in Thrace. Tortured and executed in the persecutions of Diocletian. Several churches in Constantinople dedicated to him, including one dedicated by Constantine the Great. One of the Fourteen Holy Helpers. After enduring many tortures in the city of Pyrrinthus, Thrace, he was taken to Byzantium.

    There he suffered further torments and was beheaded with a sword in the year The Holy Martyr Acacius. Commemorated on May 7. When the persecution against Christians was started up on order of the emperor Maximian Galerius , Firmus began one after the other to interrogate his soldiers about their faith. Saint Acacius thereupon firmly and openly confessed himself a Christian. Seeing the steadfastness of Saint Acacius, Firmus sent him off to the military officer higher up in command, named Vivianus.

    Vivianus gave the saint over to fierce torture. After the tortures they put him in heavy chains and locked him up in prison.

    A certain while later they led the martyr together with other prisoners to Byzantium, to the governor. The soldiers accompanying them went along quickly, showing the prisoners no mercy, and Saint Acacius weakened along the way from his wounds, and also from his chains and hunger and thirst.

    When finally they halted for the night, Saint Acacius offered up thanks to God, for granting him to suffer for His Holy Name. During the time of prayer the saint heard a voice from the heavens: At Byzantium they situated the holy martyr in onerous lockup, while the other prisoners were put under less severe conditions. But at night the other prisoners beheld, how radiant youths appeared to Saint Acacius and attended to him, washing his wounds and bringing him food.

    After seven days, Vivianus again summoned Saint Acacius before him and was struck by his fresh appearance. Supposing, that the prison guard for money had given the prisoner both respite and food, he summoned the guard for a strict questioning. And not believing his answers, Vivianus had the guard severely beaten. Saint Acacius himself thereupon answered Vivianus: Vivianus in a frenzy of rage gave orders to beat the martyr about the face and smash his teeth for his unsolicited words.

    Striving all the more to intensify and prolong the torture of Saint Acacius, Vivianus sent him off to the governor Flaccinus with a letter.

    But having read the letter, Flaccinus became annoyed, that Vivianus had for so long and so cruelly tortured a soldier holding the venerable rank of centurion, and he gave orders to without further delay behead the martyr. At the place of execution Saint Acacius lifted up his eyes to the heavens, offering up thanks to God for being granted to accept a martyr's death for Him, and then with a calm joy he lay down his head beneathe the sword. This occurred in the year Under Constantine the Great the relics of the holy Martyr Acacius rested at Constantinople in a church built in his honour, and later they were transferred to Calabria, to the city of Scillatio.

    The holy Martyr Acacius particularly helps those resorting to him in prayer in struggle with the flesh, as discovered by himself for Saint Epiphanios, a disciple of the Fool-for-Christ Saint Andrew.

    Centurione cappadoce dell'esercito romano di stanza in Tracia, fu accusato dal tribuno Firmo e dal Proconsole Bibiano di essere cristiano e, dopo aspre torture e tormenti, fu decapitato a Bisanzio sotto Diocleziano e Massimiano. Da almeno tredici secoli dopo l'introduzione del rito bizantino nella diocesi di Squillace a seguito della soggezione della stessa al patriarcato di Costantinopoli è Patrono della città e della diocesi di Squillace ora arcidiocesi di Catanzaro-Squillace.

    Era un centurione cappadoce dell'esercito romano di stanza in Tracia, fu accusato dal tribuno Firmo e dal Proconsole Bibiano di essere cristiano e, dopo aspre torture e tormenti, fu decapitato a Bisanzio sotto Diocleziano e Massimiano.

    Il corpo del Santo Martire è custodito e venerato in una monumentale Cappella della Cattedrale di Squillace, mentre un braccio venne portato dal Vescovo di Squillace, Marcello Sirleto, nel a Guardavalle, suo paese natale, dove è stato anche eletto come Patrono. E' venerato tra i Santi Ausiliatori in diverse parti dell'Europa centro-settentrionale.

    A Squillace si celebrano tuttora due Feste solennissime: In questo giorno, preceduto e seguito da un'antichissima Fiera, conviene nella Cattedrale di Squillace tutto il Clero della Diocesi che presta l'Obbedienza al Vescovo Diocesano e partecipa ai riti e alla processione solenne.

    Istituto Cassiodoro - Squillace CZ. Né dans une famille aisée, déterminé à vivre l'Évangile, il se consacre d'abord à l'accueil des pèlerins puis ayant fait don de tous ses biens aux pauvres, se rend en pèlerinage à Compostelle 4 fois et vit retiré dans une vie de pénitence. Béatifié le 17 avril par Pie VI.

    Amato Ronconi vers - vers , fondateur de l'hospice des pèlerins de Saludecio en Italie, actuellement maison de repos Amato Ronconi, décret relatif à ses vertus héroïques le 11 octobre Le 16 avril promulgation du décret relatif au miracle attribué au bienheureux Amato Ronconi , italien du tiers ordre franciscain vers - vers , fondateur de l'actuelle maison de repos Opera Pia Beato Amato Ronconi.

    Né à Saludecio près de Rimini vers , orphelin jeune, il sentit que Dieu l'appelait à une vie de prière et de pénitence et après avoir rejoint le tiers ordre franciscain, il commença à vivre en ermite, quittant son ermitage de temps en temps pour aller en pèlerinage dans des sanctuaires comme à Saint Jacques de Compostelle et également pour s'occuper des pauvres et des malades.

    Il fonda l'hôpital Sainte Marie à Monte Orciaro près de Rimini et c'est là qu'il termina sa vie en tant qu'infirmier le 8 mai Illustration Amato Ronconi, pélerin des étoiles, commune de Saludecio. Cité du Vatican,11 octobre VIS.

    A étendu à toute l'Eglise le culte de la bienheureuse Angela da Foligno Italie, vers - , de l'ordre séculier de St. François, et ordonné son inscription au catalogue des saints. A par ailleurs autorisé la promulgation du décret relatif au miracle attribués à l'intercession de la servante de Dieu Maria Assunta Caterina Marchetti, cofondatrice des Soeurs missionnaires de St.

    Charles Italie - Brésil, - Ainsi que des décrets relatifs aux vertus héroïques: Du serviteur de Dieu Attilio Luciano Giordano - , laïc italien, coopérateur de la Congrégation salésienne.

    Cité du Vatican, 16 avril VIS. A la suite de l'audience accordée hier au Cardinal Angelo Amato, SDB, Préfet de la Congrégation pour les causes des saints, le Pape a ordonné la promulgation des décrets relatifs: Consistoire pour des causes de canonisation.

    Cité du Vatican, 30 mai VIS. Jeudi 12 juin se tiendra un consistoire ordinaire public pour la canonisation: Du bienheureux Ludovico da Casoria Arcangelo Palmentieri , prêtre et religieux italien, fondateur des Franciscaines Elisabethiennes.

    Du bienheureux Nicola da Longobardi, minime italien. Du bienheureux Amato Ronconi, laïc italien du tiers ordre franciscain, fondateur de l'actuelle maison de repos Opera Pia Beato Amato Ronconi. Le pape François a célébré ce dimanche matin sur la place Saint-Pierre la messe de canonisation de six nouveaux saints, quatre Italiens et deux Indiens.

    Les deux indiens sont un prêtre et une religieuse. Kuriakose Elias Chavara della Sacra Famiglia qui vécut au 19ème siècle, carme de rite syro-malabar, fondateur de deux Congrégations religieuses: Les deux saints indiens sont considérés comme les acteurs centraux d'un éveil spirituel et social, qui a servi de base à l'essor du catholicisme dans l'Etat du Kerala, au sud de l'Inde. Le Pape François a canonisé également quatre italiens: Et de rappeler comment Jésus a réalisé son règne, par la proximité et la tendresse envers nous, comme un berger prend soin de ses brebis.

    Il les compte, il les rassemble, il les conduit dans les pâturages, il les fait reposer, il cherche la brebis égarée, il soigne la brebis blessée ou malade. Toutes ces attitudes sont devenues réalité en Jésus-Christ: Le Pape soulignant au passage que le peuple de Dieu possède à cet égard un flaire infaillible pour reconnaître les bons des mauvais pasteurs.

    Prarond à sa ville natale. L'ignorance du passé n'ôte pas seulement iin prix à ce qui subsiste matériellement des siècles ; elle en détache la plus simple vénération, elle n'est pas seu- lement misérable, elle peut être funeste. Algius Ledieu à la séance du 3 mai i La Bibliothèque d'AbbeviUe vient de recevoir 6 volu- mes de pièces manuscrites qui lui ont été gracieuse- ment offerts par M. Girard, artiste à Taverny Seine-et-Oise. Déjà, au mois d'août , le même donateur avait adressé à cet établissement un Armo- riai de Waignart, au sujet duquel je compte vous entretenir prochainement.

    Dans sa jeunesse, M. Girard habita Abbeville, où il suivit les cours de M. Les six derniers volumes reçus se composent de pièces originales que M.

    Girard a mis quarante ans à recueillir ; elles forment un ensemble de près de 1 , feuillets ; elles ont été soigneusement montées sur onglets et reliées d'une façon solide et élégante. Ces pièces sont classées suivant Tordre alphabéti- que des noms de famille ou de personnes ; toutefois, on rencontre parfois certains dossiers contenant des pièces ayant rapport à des familles différentes, quoique portant le même nom. Tous ces documents n'offrent point le même intérêt, mais il en est quelques-uns qui seront certainement consultés avec fruit.

    L'une de ces pièces fut assurément soustraite autre- fois aux Archives municipales d'Abbeville et fit peut- être plusieurs mains avant d'arriver dans celles du généreux bienfaiteur de notre dépôt ; cette pièce porte en marge une annotation écrite par M.

    En , un M. Grandpierre, procureur au Châtelet de Paris, pour lui demander de l'argent; le tableau qu'il trace de sa situation est affreux. Il doit livres à son boulanger et craint de Digitized by Google — 13 — mourir de faim ; son peu de mobilier est engagé au Mont de Boutems, secrétaire du duc de Bouillon, elle lui recommande son laquais, qu'elle se trouve obligée de congédier par suite d'une perte cruelle qu'elle vient de faire. Le 8 juin , un Montmorency, duc de Boutte- ville, écrivait du château de Doullens: Je péris sans ce secours ; ne me le refusez pas, je vous conjure Le 3 mars , une Montmorency, de la branche de Digitized by Google - It — Laval, sollicite une gratification.

    Plus loin, c'est encore un Montmorency, le duc d'OUonne, qui écrit en à M. La marquise du Chas- telet, née de Rochechouart-Faudoas, décapitée en , écrivait le 21 décembre au graveur Née: Mais Née ne parait pas avoir mis son projet à exér cution. Un officier de marine, M. Trois jours après, il tombait au champ d'honneur, ainsi que le prouve cette mention écrite en tête de la lettre: Michaud, l'illustre auteur du Printemps d'un Proscrit, Ne se contenta point de vivre en cet écrit ; Mais voulant buriner au temple de mémoire De nos preux chevaliers la grande et noble histoire, Au Parnasse, il remit la lyre d'Erato, Et reçut d'Apollon la plume de Clio.

    Puis, il prit son essor aux rives de l'Asie, Où, d'un nouvel éclat, brilla son beau génie. En célébrant les preux, qui, par de hauts exploits, Y firent triompher l'étendard de la croix, On le vit illustrer son nom et sa patrie.

    A la suite, ce quatrain: Par son urbanité, par son esprit exquis, Après avoir su plaire, il déplut à Louis. Par sa fidélité, méritant sa disgrâce, Michaud, en le quittant, sut honorer sa place. J'extrairai seulement d'une épitre au Roi — et c'est par là que je finirai — les quatre vers suivants: Achery d' , de Saint-Quentin.

    Alavoyne Nicolas, licencié ès-lois, lieute- nant des maïeur, échevins et jurés de Saint-Quentin. Alizard, premier sergent à masse de Saint- Quentin. Audibert, contrôleur à Saint-Quentin. Extraits des registres aux causes de Saint-Quentin. Beaufils, tuteur du duo Mathieu de Montmorency. Lettre du 10 fructidor an IX. Lettres et pièces diverses. Berthod Biaise, chantre ordinaire de la chapelle du Roi. Beudier Félix, procureur fiscal à Saint- Quentin.

    Pièôes de procédure, Blaisel Le marquis du. Blanc Jehan le , bourgeois et marchand de Saint-Quentin. Blimond Le marquis de Saint-. Blondel Claude, marchand à Saint- Quentin. Bocquillon Jacques, échevin et lieute- nant de la justice des halles de Saint-Quentin. Boissy d'Anglas, intendant militaire. Bonnart Jacques de Saint-Quentin.

    Bonnier-Dumetz, trésorier de France à Lille. Boitel Nicolas, de Saint-Quentin. Reçus et lettres diverses de plusieurs membres de cette famille. Digitized by Google — 18 — Fol. Bouchelet Pierre- Joseph, président des traites à Valenciennes.

    On a réuni sous cette cote une copie de lettres patentes du roi de concernant ïa famille le Boucher d'Ailly pour des substitutions de biens, et dififérentes lettres signées de Boucher de Courson, Boucher de la Richarderie, etc.

    Boufïlers Louis-François duc de , maréchal de France. Bourget Nicolas, marchand à Saint- Quentin. Briet de Saint- Elier. Lettres concernant un différend avec les habitants de Pinchefalise. Lettre adressée à ce person- nage.

    Lettres apostillées par ce consul. Bruneau Antoine-François- Auguste, che- valier, conseiller du roi, président à mortier au parle- ment de Flandre, demeurant à Lille. Bugnot Michel, sergent à masse à Saint- Quentin.

    Tassart Jehan, prêtre à Saint-Quentin. Supplique aux maïeur et échevins de cette ville. Digitized by Google — 19 — Fol. Caron, capitaine au régiment de Gastinois. Permission du roi d'aller aux eaux. Carpentier Jehan, avocat au Parlement, lieutenant des maire, échevins et jurés de Saint- Quentin. Cambrai ; certificat de Tévêque de cette ville. Ghalnoix de , procureur fiscal de Saint- Quentin. Titres de propriétés, généa- logie de cette famille et lettres diverses.

    Lettres de plusieurs membres de cette famille. Clerc Sébastien le , commissaire général des poudres. Cocquet Jacques, marchand à Saint- Quentin. Informations faites par Alavoyne. Arrêt du roi contresigné par ce ministre. Pièces diverses concernant cette famille. Cornac Le chevalier de. Pièces concernant un billet de liv. Delacroix Jehan, tisserand de toile à Saint-Quentin, est cité devant Téchevinage pour avoir proféré des paroles injurieuses contre le Roi.

    Pièce de procédure Damerval Louis, chevalier, seigneur baron d'Haplincourt. Pièces concernant un règlement de succession. Pièces et lettres diverses. JPièce de procédure incomplète et sans date contenant la déposition de plusieurs témoins domiciliés à Saint-Quentin. Suppliques et informations signées de ce magistrat. Informations faites à Saint- Quentin. Information faiteà Saint- Quentia. Reçus et pièces diverses, entre autre un contrat de vente en de plusieurs pièces de terre à la Ferté-Macé.

    Reçus et lettres diverses. Digitized by Google Fol. Lettres d'affaires et reçus. Delaporte Antoine, de Saint-Quentin. Information faite par M. Desjardins Pierre, échevin de Saint- Quentin. Destampes Julien, sellier à Saint-Quentin.

    Destouche, sergent à masse à Saint- Quentin. Debry Jehan, pâtissier à Saint-Quentin; Déposition. Dobusse, contrôleur à Saint-Quentin. Doresmieulx de Foucquier, d'Arras, Dorigny, président de TEllection de Saint- Quentin. Ducloux Charles, marchand à Saint- Quentin. Interrogatoire et mémoires judiciaires. Digitized by Google — 22 — Fol. Deliles Duplessis, receveur général des bois et domaines de Flandre, Hainaut et Artois.

    Espinoy Louis, duc de Melun, prince d'. Lettres et pièces diverses, entre autres un aveu d'OuvilIe-I'Abbaye, servi par Louis de Guilbert le 30 janvier , une lettre du marquis des Essars, capitaine de cavalerie, datée du! Quittances et pièces diverses. Reçu de François de Fontaines, écuyer, seigneur de Plainval. Pièces de poésie concernant M"' de Fontaines. Suppliques adressées aux maïeur et échevins de Saint-Quentin, Digitized by Google — 23 - Pol.

    Gaillarl Guislain- Alexandre, écuyer, sei- gneur d'Etrehem, Leulinghem, etc. Procuration donnée par son mari, François de Grandmaison, gouverneur de ta citadelle d'Amiens. Gérault, sergent à masse de Saint- Quentin. Grandin, cnirurgien à Saint-Quentin. Grouches de Chepy Charles-Augustin de.

    Guillebert, chirurgien à Saint-Quentin. Hannicques Pierre et Roger de , com- mandants de la grande écurie du Roi. Hardy Charles-Albert le , écuyer, sei- gneur de Famars, ancien prévôt de Valenciennes. Haucourt Nicolas d'Aumale, chevalier, seigneur de. H Magqueron à la séance du 8 janvier i89U En , rennémi était à nos portes; Corbie était tombée au pouvoir des Espagnols' le 15 août ; ceux-ci occupaient toutes les places de TArtois qui leur appar- tenait encore et Abbeville, ville frontière, proche d'Hes- din et peu éloignée d'Arras avait tout à craindre des in- cursions des ennemis et du voisinage de leurs armées.

    Aussi le soin de sa garde était-il une des grandes préoc- cupations de ses magistrats comme du gouvernement royal qui prenaient toutes les mesures nécessaires pour la mettre en état de résister soit à une surprise soit à une attaque de vive force. Nous savons déjà que cette même année , on tirait Digiti izedby Google — 25 — - d'Abbeville tout le pain nécessaire pour Tapprovision- nement de l'armée qui assiégefiit Corbie. Depuis longtemps déjà, l'état des fortifications d'Abbeville avait été l'objet de la sollicitude des auto- rités municipales et du gouvernement du Roi.

    Dès , le maïeur et les échevins avaient signalé au monarque le mauvais état de leurs défenses et le besoin qu'il y avait d'y faire promptement travailler. Mais déjà à cette épo- que le trésor était vide et le Roi ne pouvant pourvoir à de grandes dépenses à cause de celles qu'il avait à , supporter ailleurs, avait accepté l'offre des échevins de contribuer avec les fonds de la ville aux travaux les plus urgents. Il a été dressé de cette visite procès-verbal détaillé indiquant d'une façon pré- cise le nombre de pieux, de fagots et d'objets de toute sorte nécessaires pour la défense de chaque point et ont signé Jacques Manessiér, maïeur en exercice, Phihppe Paschal, écuyer, sieur de Feuquières, con- seiller du Roi, président en la sénéchaussée et siège présidial de Ponthieu, Adrian de Heu, écuyer, sieur de Conty, lieutenant général au même siège, Philippe Bernard, substitut du procureur du Roi, Louis Varlet, greffier ordinaire et quelques autres.

    Toutes ces mesures préventives suffisantes tant qu'on ne craignait pas de péril immédiat devinrent imparfaites à l'approche du danger quand en , Abbeville devint directement menacée par le voisinage et les succès des Espagnols. Pendant cette terrible année, le Ponthieu fut continuellement ravagé par les ennemis, Abbeville même fut menacée et les mesures les plus importantes furent prises pour sa défense. Il est très expressément défendu à toutes personnes de quelque qualité et condition quelles soyent mesme aux propriétaires des bois estans dan3 Abbeuille et aux faulxbourgs et enuiron et à tous les gens de guerre estans en garnison aud.

    Abbeuille de couper ni enleuer aucun bois estant en lenclos de lad. Quels étaient ces travaux et quelle était leur impor- Digitized by Google - 28 - tance. Nous les trouvons complètement détaillés dans une autre pièce de nos archives municipales.

    Le Roi les a fait élaborer par le S' de Ville, Tin- génieùr qui dirige l'attaque de Corbie, et il envoie pour les faire exécuter deux autres de ses ingénieurs, les S" Guillaureaux et Rivet de Montdevis.

    Ils consis- tent en une mise en état complète des fortifications et nous pouvons en juger par l'énumération ci-après: La terre se prendra dans Teslargissement du fossé, et dans une grande pièce de terre qui est deuant le flanc du bastion de Longueuille. M' Manessier aura soing de cette pièce. Ils décidèrent d'apporter toutes les diligences possibles et d'achever pour la fin d'avril tous les travaux de dé- fense exigés en employant le plus d'ouvriers qu'on en pourrait trouver ; ils résolurent de mettre les travaux à Tadjudication et de couvrir la dépense à faire par le doublement du sol pour pot de vin et par la mise d'un droit de dix-huit sols par tonneau entrant en la ville et banlieue ou passant par icelle tant par eau que par terre jusqu'à parfait remboursement de ce que coûteraient tous ces travaux qui seraient payés aux ouvriers et entrepreneurs par les mains de l'argentier de la ville.

    Le Roi approuva l'établissement de ces droits. Rien n'est nouveau ici-bas ; déjà à cette époque le gouvernement faisait payer par les villes ses dé- penses militaires et les impôts sur les boissons étaient là grande ressource des municipalités aux abois. Quelques jours après, Corbie était reprise par les troupes royales, avant que les travaux prescrits fussent Digitized by Google - 32 - même commencés ; mais la situation d'Abbeville n'en restait pas moins critique et Texécution des travaux de défense indispensable: Hesdin surtout était un terrible voisinage: Richelieu et Louis XIII revinrent plusieurs fois à Abbeville qui, une fois mise en état de défense, se trouva soumise à un véritable réginie militaire.

    Cette nomination d'un gouverneur était à peu près la fin de la prérogative dont les maieurs étaient si fiers d'être les seuls commandants militaires de la cité ; néanmoins les Abbevillois restaient exempts de troupes royales et les seuls gardiens de leur ville ; mais par un règlement du 15 juillet , Louis de Valois, duc d'Angoulême, comte de Ponthieu, les assujettissait à un service militaire des plus complets comme on peut le voir par la pièce suivante.

    Delignières rappelle la perto que vient d'éprouver la Société en la personne de M. Mille- voye, membre titulaire, ancien premier président de la cour de Lyon. Moreau, Des remerciements sont votés au généreux donateur. Alfred Julia, membre correspondant, lit le compte rendu de l'excursion faite par la Société.

    Magqueron raconte les démêlés qui eurent lieu de à entre la ville d'Abbe ville et M. Pascal sont élus membres correspondants. Séance du 6 août présidence de m. Delignières, en ouvrant la séance, rap- pelle que la Société vient de perdre un autre de ses membres, M.

    Directeur des publications ; il ajoute que le titre d'Officier de Tlnstruction publique, ainsi conféré à Tun de ses membres en raison de ses nombreux travaux d'histoire locale et d'érudition, rejaillit sur la Société toute entière et est également un honneur pour elle. Màcqueron et Vayson donnent un compte rendu verbal du congrès de la Société française d'ar- chéologie, où ils ont été délégués ; M. Vayson com- munique à ce propos une série de dessins pris par lui. Macqueron fait passer sous les yeux de ses col- lègues une pièce en argent décernée comme prix de vertu en l'an VII, puis il lit un rapport sur un ouvrage de MM.

    Hubert sur le Domaine de la ville de Paris dans le passé et dans le présent. Reçus divers et lettres. Lettre originale de Mathieu MouUart, évêque d'Arras, à la comtesse d'Hénin-Liétard au sujet de la mort de son mari 20 janvier Reçus des princes de Chimay et d'Hénin et de la princesse de Chimay. Lettres du prince d'Hénin. Houssaye Pelletier, seigneur de la. Procuration de Catherine le Picard, veuve de Nicolas Pelletier. Jacops, écuyer, sieur d'Ascq.

    Ordonnance de d'Hozier pour l'enregistrement de ses armes et de celles de Marie-Albertine Diedeman de la Rianderie, sa femme. Jessus Jean-Adrien, chanoine de Béthune. Josselin, chirurgien à Saint-Quentin. Billet de Théodore de Lagrené.

    Arrêt du conseil d'État. Lallier François de , chevalier, mestre de camp. Lancry, avocat et ancien échevin de Douai. La Tour d'Auvergne-Lauragais, évêque d'Arras. Pièce relative à la ville de Saint- Quentin. Pièces relatives à la même ville. Pièce relative à la même ville. Lepage, maçon à Saint-Quentin. Lescot, bourgeois de Saint-Quentin, ca- pitaine des canonniers. Lesergent, sergent royal à Saint-Quentin.

    Lignières de ; Pièces diverses. Liot Nicolas-Dominique, chanoine de Saint- Omer. Alizart, sergent à masse à Saint-Quentin. Loiseau, boulanger à Saint-Quentin. Lorret, couvreur à Saint-Quentin. Digitized by Google — 37 — Fol. Reçus et lettres de plusieurs membres de cette famille. Lucas de Demuin Antoine-Jean. Magny Simon de , marchand à Saint-Quentin. Inventaire et pièces de procédure.

    Montmorency Le duc Mathieu de. Malafaict, bourgeois de Saint-Quentin. Mallet, secrétaire-greffier à Saint-Quentin.

    Martel Henri, comte de Fontaine. Demaubreul, de Saint- Quentin. Meslier Toussaint, secrétaire du Roi.

    Metz Sébastien du , meunier à Saint- Quentin. MoUain, sergent à masse à Saint-Quen- tin. Mélange de pièces et de lettres diverses. Montmorency Eugène - Alexandre marquis de.

    Montmorency comte et comtesse de. Montmorency Le vicomte de. Montmorency Le baron de. Montmorency Philippe-François, che- valier de , colonel du régiment de Condé. Certificat et lettre de son petit-fils, colonel du régiment de Flandre.

    Montmorency d'Estaires Bricheville, colonel du régiment de Normandie. Montmorency La duchesse de , née Cailly. Généalogie; extraits de Duchesne. Montmorency Louise-Henriette de , com- tesse de Helmstatt. Digitized by Google — a9 - Fol. Lettres d'aflaires et documents divers relatifs à plusieurs membres de cette famille. Montmorency-Laval Marie-Louise de , abbesse de Montmartre.

    Lettres d'affaires ou de recommandation. Montmorency Charles-Anne-Sigis- mond de , duc d'Olonne. Montmorency Anne-Lous- Alexandre de , marquis de Morbecque. Montmorency Charles-Anne-Sigismond de , duc d'Olonne. Lettres d'affaires écrites la plupart à M. Patenotre, procureur au Parlement. Montmorency, princes de Robecq. Lettres et docu- ments divers.

    Mons de Savasse Le chevalier de , commandeur de Laumusse. Lettre concernant la généalogie dé sa famille. Montbron Le marquis de. Montchal Pierre de , avocat en Parlement. Digitized by Google — 40 — Fol. Montiilot Remy, de Saint-Quentin. Morant Thomas, conseiller du roi. Reçus de plusieurs membres de cette famille. Picard Jacques, secrétaire de la chambre du Roi. Pingre François, seigneur de Farinvil- 1ers, conseiller du Roi.

    Reçus et pièces diverses. Documents pour servir à l'histoire de cette ville. Pièces de procédure, interrogatoires, mémoires judiciaires, etc. Digitized by Google - 41 - Fol. Recourt du Sart de. Reçu et procura- tion.

    Lettre au vicomte de Montmo- rency, non datée. Rembur Jean de , capitaine. Rigault, chirurgien à Saint-Quentin. Lettres de plu- sieurs membres de cette famille, offrant la plupart un caractère administratif. Rouault Le marquis de. Rousés Hercules de , reçu. Rousy de , nolaire'à Douai.

    Reçus et lettres de plu- sieurs membres de cette famille, entre autres de Jean- Baptiste de la Rue, chanoine et grand trésorier de la cathédrale de Rouen. Saisseval Le marquis et la comtesse de. Signier, maréchal de camp. Saint-Simon, évêque de Metz. Documents relatifs à plusieurs familles de ce nom et lettres diverses. Digitized by Google — 42 — Fol. Trousset, lieutenant du maïeur de Saint- Quentin. Vandergracht Ignace, seigneur de Fretin. Plainte adressée à 1 echevinage de Saint-Quentin. Ver Le marquis le.

    Villers Le baron de. Watier, procureur fiscal à Saint- Quentin. En , l'armée française se rassemble sous ses murs pour marcher sur Saint-Omer.

    Le Roi y arrive lui-même à la fin de juillet: De nouvelles mesures plus sévères furent prises par le gouverneur et un ordre de service fut pubhé indiquant le rôle de chacun et les précau- tions indisp3nsables dans une ville qui pouvait être assiégée. Ce fut l'objet de Tordre de Des six compagnies de Suisses que le Roi a ordonné pour la garde de la ville d' Abbeville, lisons-nous dans ce règlement, il en sera logé une proche de la porte d'Hocquet, deux à la porte Saint-Gilles et trois à la porte Marcadé.

    Tous les jours deux hommes de chaque compagnie se trouveront à la place à l'heure où l'on commence à monter la garde pour indiquer les corps de garde qui devront être occupés. Il y aura toujours trois officiers à la porte Marcadé, deux à la porte Saint- Gilles et un à la porte d'Hocquet.

    A chacune des deux portes Marcadé et Saint-Gilles, il y aura trois corps de garde: Il y aura nuit et jour un officier à chacun de ces corps de garde Les cinquante hommes de troupes françaises corn- posant pendant le jour les corps de garde les plus avancés rentreront la nuit en garde dans les cornes en Digitized by Google — 46 — -dehors des remparts.

    A chaque barrière et à chaque poste, il y aura toujours une sentinelle et une sur chaque porte pour couper la herse, s'il en est besoin. Il y aura dans Abbeville cinquante cavaliers ; tous les soirs, à la fermeture des portes, il en sortira huit divisés eri trois détachemepts: L'ouverture des portes sera faite ainsi qu'il s'en suit: Les soldats qui seront de garde dans les cornes feront une première découverte et avant que les portes soient ouvertes, trois ou quatre d'entre eux viendront dire à travers le fossé ce qu'ils auront reconnu.

    Puis on ouvrira la poterne pour faire sortir le premier corps de garde et celui qui le commandera enverra quatre sol- dats pour voir ce qu'auront dit les autres. Un corps de garde d'habitants sera mis de jour et de nuit au canal de la Portelette: Tout le canon qui est dans la ville sera mis sur le rempart aux lieux où ce sera plus nécessaire pour s'en servir à coup prêt en cas d'alarme et de surprise, et particulièrement aux endroits qui commandent dans les cornes.

    Il est défendu à tous les habitants tant de la ville que des fauxbourgs de semer aucun chanvre plus prés de cent pas au delà des dehors les plus avancés de la ville sous peine de grosses amendes. Deux siècles plus tard, Tennemi était encore à nos portes: Sous la Digitized by Google - 48 — conduite d'un magistrat municipal qui remplissait encore à peu de chose près les fonctions des maïeurs d'autrefois, elle sut courir au plus pressé, improviser ses défenses à la hâte et montrer au-dessus de ses remparts à moitié démolis les baïonnettes de ses com- pagnies bourgeoises.

    La défense de n'était pas sans rapports avec celle de DE Wailly à la séance du 2 juiUet Î89i, Par une certaine communauté d'idées ; par le choix de leurs sujets pris autour d'eux, auprès de nous, en pays picard ; par leur façon de comprendre la nature et de l'interpréter, la moitié des artistes nos compa- triotes exposant cette année au salon des Champs- Elysées forme un groupe dont nous parlerons tout d'abord.

    Nous vous les présenterons pêle-mêle, négli- geant les transitions. Boquet, dans un Intérieur picard, nous repré- sente une jeune mère entourée de trois de ses enfants. Elle interroge anxieusement les traits du dernier venu qu'elle tient sur ses genoux.

    C'est V Enfant malade. Le Digitized by Google — 49 - groupe est bien composé, mais il manque crémotion. Nous y trouvons, assises en plein air, Les Couseu!

    Une vieille femme et ses trois petites filles travaillent, tandis qu'avec insouciance, un gamin aux cheveux d'un blond lavé, les mains dans les poches, les regarde.

    Les figures, d'un dessin serré, sont scrupuleusement étudiées et les types sont indu- bitablement des types de notre pays. Les figures ne baignent pas dans la lumière ; Tair ne circule pas dans ce village.

    Le Petit Jean de M. Gambart n'est qu'un petit men- diant, pittoresque et solidement peint. La figure est bien jolie ; — trop, peut-être. Decamps, un laborieux, a envoyé deux toiles. D'abord, Le Lamier, une étude très poussée de vieux paysan dans un intérieur. Puis un groupe en plein air aussi consciencieusement étudié: Ce jeune artiste cherche encore sa voie. Il a une rare qualité: Il regarde autour de lui et, ce qu'il voit, il s'efforce de le traduire fidèlement sur la toile.

    Sans parti pris d'école, il se garde également de la sauce bolonaise si fort à la mode jadis et de la peinture plâtreuse qui tend à la supplanter dans le goût du jour. Ses bonshommes sont bien éclairés d'une joHe lumière gaie et ses têtes de vieux Picards sont d'un modelé savoureux. La pensée est absente, hélas! La Retenue au Tréport de M. Le vert robuste de la prairie s'atténue en escaladant le coteau ; il s'éteint dans le 4 Digitized by Google — 50 — bleu du ciel.

    Simple avec beaucoup de poésie, ce début est plein de promesses. Alors que les brumes de la nuit s'évanouissent à peine et que les derniers lambeaux de l'orage passé s'accrochent au bord de Thorizon, déjà les flaques d'eau éparses sur le sable reflètent les nuages em- pourprés par les rayons du soleil encore invisible.

    L'ombre en est éclairée. De vagues silhouettes errent sur l'immense plage, chacune accompagnée d'un feu follet: Ce sont les Verrotières au petit jour de M. Plus loin, la mer assoupie se réveille sous le pinceau fougueux de M. Les lames de fond ramènent le sable à la surface ; les vagues énormes en sont jau- nies. Un vapeur, suivant sa route impitoyable, à éventré un bateau de pêche. Seul, un marin surnage encore.

    La première, par son sujet pris à nos portes comme par sa facture, le rattache au groupe dont nous venons d'apprécier les tendances.

    C'est une étude très curieuse des abords d'une Sucrerie. Au crépuscule, dans un reste de jour, nous voyons s'allumer auprès des chariots lourds de betteraves, la lumière électrique, tandis que, plus loin, dans l'usine, le feu jaune du gaz perce les ténèbres naissantes.

    Ces trois éclairages distincts et juxtaposés ofïraient à l'artiste un intéressant problème. Le cloître de M. Sautai est peint dans une déli- cieuse tonalité d'un gris jaunâtre très fin. A peine apercevons-nous dans un coin un lambeau de ciel. Une figure de religieuse adossée à l'un des piliers n'ajoute rien à la note d'art. Elle existait entière sans elle. Un Membre du conseil des Dix, Si ce tifre évoque le souvenir de Paris Bordone, cette noble tête de vieillard nous rappelle plutôt l'aveugle du pont de la Concorde.

    Désirt-z-vous que je vous parle du Manteau de la Vierge de Michel? Chaque époque, chaque école a une conception particulière du Beau et du Vrai.

    De ce peintre, nous signalerons encore un portrait de femme brune, vêtue d'une robe bleue, dont la silhouette se découpe un peu sèchement sur un fond rouge. Voici une autre femme jeune et gracieuse, en fracîche toilette rose. Elle tient sur son poing fermé une tour- terelle.

    De son autre main, elle jette une pièce blanche aux Artistes de la rue. Jules Lefebvre est toujours le maître à chaque fois égal à lui-même. La tête, d'un dessin très ferme, d'une coloration très délicate, est mise en valeur par un collet de fourrure. A côté, une Nymphe chasseresse élégante et hardie. Le sujet n'est pas neuf; mais en art le sujet n'est rien. Pour réaliser l'idée, le créateur, quel qu'il soif, peintre ou poète, doit la revêtir d'une forme, d'une en- veloppe qui la rende accessible aux sens ; mais, à travers cette forme sensible, matérielle, notre esprit retrouve l'idée, l'essence.

    L'Image représente l'idée, le dessin la détermine, il en marque les contours en la limitant et, ainsi limitée, elle exprime la forme nette et précise qu'elle doit manifester à l'esprit.

    Si nous avons insisté sur cette question, c'est que nous lui croyons une importance primordiale. Elle explique, entre autres choses, pourquoi Thomme de génie, en apportant simplement une nouvelle expres- sion d'art, se dresse aux yeux de beaucoup comme un révolutionnaire.

    Avant de terminer, disons un mot de nos sculpteurs. Fontaine a, dans le hall des Champs-Elysées, un groupe en plâtre: La Baignade du chien. Plus encore qu'à un peintre, il est difficile à un sculpteur de dé- couvrir un sujet nouveau. Fontaine a eu cette rare fortune. Le mouvement du jeune homme qui excite un chien à se jeter à l'eau est plein d'entrain. Le groupe de M. Gervais et saint Protais, est conçu dans un tout autre sentiment. Signalons encore à TOtre attention une agréable Ariane de M.

    Sans doute, nous la retrou- Terons en marbre Tan prochain. Sous sa forme défi- nitiTe, nous pourrons mieux Tapprécier. Alors la ri- chesse de la matière ne fera que mieux Taloir Félégance de ses contours.

    Les qualités robustes, réflédiies et sincères de notre race sauraient imprimer à une école picarde un caractère bien accusé. Ya-t-elle naitre, cette école? Étant donné la médiocre étendue de notre proTince et sa proximité de Paris, Tabsorbante capitale, c'est plus crue douteux. Elle s'était proposé de visiter l'abbaye de Valloires, l'an- cienne abbaye de Dommartin et le château de Dom- pierre.

    Quatorze excursionnistes ont répondu à l'invitation du bureau. Emile Delignières, Président, M. Henri Macqueron, Secrétaire; viennent ensuite, par ordre alphabétique: Partis d'Abbeville en chemin de fer à 6 h. Là, deux breaks nous attendaient, grâce à l'exactitude de M. Gaffet, hôtelier et loueur de voitures. Chacun se place à son gré, et les cochers rendent la main à leurs chevaux.

    Une température douoe, un ciel rassurant nous pro- mettent une belle journée. Nous traversons d'abord le hameau de Canteraine, ainsi dénommé parce que d'innombrables grenouilles y prodiguent leurs concerts. Elles trouvent des re- Digitized by Google — 56 — fuges plantureux dans les marécages qui s'étendent, à gauche de la route, sur l'emplacement de l'ancien étang du Oard. On y voit encore des vestiges de la maison de plaisance que les comtes de Ponthieu y avaient bâtie et qu'ils auraient transformée peu à peu en forteresse si les bourgeois de Rue ne s'y étaient opposés, dans la crainte qu'elle ne devînt une menace pour les franchises et libertés de leur commune.

    C'est, dit-on, dans ce château du Gard que descendit Jeanne de Ponthieu, reine de Castille et de Léon, à son retour d'Espagne, lorsque, devenue veuve de Ferdinand III, elle réintégra par mer lé comté paternel et débarqua dans le port de Rue, suivie d'une cour brillante.

    Si le chemin eût incliné un peu plus à droite, nous aurions longé, pour nous rendre à Vron, le bois du Périot, aussi célèbre par ses histoires de brigands que que par les découvertes archéologiques qu'on y a faites.

    Ce bois se développe au bord de la route de Paris à Calais. Or, il arriva qu'en des voleurs en embuscade dans le bois du Périot arrêtèrent et dépouillèrent là chaise de poste du consul de Russie se rendant à Paris. Le parquet d'Abbeville dut informer. Le pro- cureur du roi se transporta sur le théâtre du crime. TrauUé, membre de la Société d'Ému- lation.

    Dans ses intéressantes notices sur nos collègues- résidants, M. Quelle situation délicate, pour un enthou- siaste, de fouler le même sol sur lequel le vol avait été commis et dans lequel se trouvaient peut-être encore de précieuses antiquités! Le devoir stimulait le pro- cureur du roi, Tamour de l'art tentait l'archéologue.

    TrauUé n'était pas assez fort pour résister à une pareille épreuve. Il cwnmence d'abord par creuser là terre avec sa canne, il met à jour des fragments d'os et de poteries. Il paraît que M.

    Traullé reçut à ce sujet une semonce de son procureur général. Le chef de la cour obéissait ainsi aux injonctions de sa fonction.

    Messieurs, je ne sais si l'archéo- logie nous a jamais fait négliger quelques-uns de nos devoirs, mais je suis certain qu'aucun de nous, avec ou sans péché, ne jettera la première pierre à l'auteur de cette infidélité judiciaire.

    Empressons-nous donc de des- cendre la côte d'Argoules. Sa pente est si rapide que nous sautons au bas de nos voitures ; l'une d'elles est trop chargée et peut-être dévaleràit-ellè plus vite que les chevaux.

    Nos appréhensions se trouvent bientôt justifiées à la vue d'une maison éventrée, la semaine précédente, par le timon d'une voiture dont les che- vaux s'étaient emportés. Nous voici donc sains et saufs sur la place d'Ar- goules, qu'ombrage un tilleul gigantesque-plusieurs fois centenaire et qu'agrémente le beau château, assez ancien et très bien conservé, appartenant actuellement à M.

    Nous remontons alors en voiture et, filant dans un joli chemin bordé de maisonnettes qui piquent de notes multicolores la fraîche verdure des haies et des arbres, nous atteignons enfin notre pre- mière étape, l'abbaye de Valloires. Reçus au seuil du vestibule par M. L'orgue fait entendre aussitôt des accords puissants et doux pour nous souhaiter la bien- venue.

    Tabbé Beaumert nous guide dans notre examen de Téglise. Vous n'attendez pas de moi, Messieurs, que je vous décrive par le menu ce monument religieux ; il fau- drait y consacrer trop de temps ; d'ailleurs, MM. La première impression qu'on reçoit tient presque d'une respectueuse admiration. Un ordre parfait, une propreté méticuleuse témoignent des soins que les 4iôtes de Valloires apportent à l'entretien du temple de Dieu.

    Tout y reluit à la lumière blanche, diffusée par des vitraux incolores, comme si les ouvriers ve- naient d'y mettre à l'instant même la dernière main. Et cependant, il s'est écoulé près d'un siècle et demi depuis le jour de la consécration en ! Sa disposition rappelle celle des églises pmmitives. Elles correspondent symétri- quement aux sculptures de l'orgue, d'un travail tout aussi remarquable. C'était un gentilhomme autrichien, expatrié à la suite de je ne sais quelle mésaventure. Abbeville devint sa patrie d'adoption.

    Il dut y prati- tiquer pour vivre la profession de sculpteur à une époque de la vie où il semble qu'on ne puisse plus rien apjjrendre. Phaff a aussi sculpté ou dessiné toutes les statues de Valloires.

    Au-dessous des extrémités de la galerie ajourée de l'orgue, l'Humanité tombée, d'après M. Quatre cariatides, dont deux à l'expression farouche et deux à l'expres- sion soumise, supportent le buffet, tandis qu'au-dessus des dais qui coiffent les tuyaux deux anges accom- pagnent de leurs instruments le roi David qui, debout au milieu et les psaumes à la main, semble chanter d'un air inspiré: Leur dépouille mortelle est inhumée sous le maître-autel Digitized by Google — 6i — avec celles de tous les autres comtes de Ponthieu dont VallcMres était le Saint-Denis.

    A la droite de la nef, en face d'un confessional riche- ment sculpté, s'ouvre une chapelle assez profonde dans laquelle on voyait, il n'y a pas encore bien longtemps, un groupe en bois représentant la décollation de saint Jean-Baptiste. Ce groupe était peint en couleurs natu- relles. L'effet produit était si saisissant que les religieux, voulant ménager la sen- sibilité des visiteurs, ont relégué le groupe dans une salle haute, où nous le retrouverons tout à l'heure.

    Au-dessus de la baie qui donne accès à la chapelle du fond, une toile placée trop haut pour qu'on puisse en apprécier le mérite est due à l'inépuisable pinceau du plus fécond de nos peintres, Lebrun. Sur l'autel de cette chapelle, un tableau repré- sente Mgr de la Motte d'Orléans, évêque du diocèse et abbé commendataire de Valloires, priant, entouré de ses moines.

    Deux ou trois autres productions estimables du même peintre, un Parroçel, et c'est à peu près tout. Par une transition logique, nous passons à la sacristie, où nous admirons quatre toiles de Joseph Parrocel d'une fraîcheur exquise, et un Boucher re- présentant saint Jérôme au désert, d'autant plus digne d'attention que cet artiste gracieux ne consacra géné- ralement pas son pinceau frivole et léger jusqu'à la licence à peindre des sujets de piété. Nous montons ensuite à la salle haute dont je viens de parler.

    Nous y retrouvons le groupe de saint Jean- Baptiste. On n'admet pas aujourd'hui la coloration des statues. Il est cependant hors de doute que les sculp- teurs grées eux-mêmes faisaient peindre les leurs. On demandait un jour à Praxitèle quelles étaient celles de ses statues qu'il préférait.

    Nicias était peintre à l'encaustique, et grand peintre. Je ne m'engagerai pas dans une discussion intempestive sur la polychromie , mais il est incontestable qu'en principe la coloration des statues, entre autres avantages, ajoute à la puis- sance de Tefïet.

    Veuillez me pardonner, Messieurs, ce souvenir tout personnel. Les voyageurs sont bavards. N'élions-nous pas des voyageurs le 6 juin, et, à ce titre, me refu- serez-vous votre indulgence? Pour ne pas vous retarder davantage, je n'essaierai pas même d'énumérer les objets curieux que M. Tous ont appar- tenu à Tabbaye et ont été retrouvés sous des dé- combres ou dans les greniers. Dessins naïfs, antiques gravures, vieux psautiers, serrures étranges, clefs étonnantes, font la joie des amateurs; enfin, des boia d'impression d'étoffes apprennent que les anciens moines de Valloires n'ont pas été seulement agricul- teurs, qu'ils ont encore pratiqué le métier de teintu- riers, après avoir été serruriers, tourneurs et facteurs d'orgues.

    Ce sont eux qui ont fabriqué les belles orgues de leur église. Je vous fais grâce de notre visite à la salle capitu- laire ornée de portraits de dom Comeau, le fondateur de Valloires et de Mgr de la Motte. Je ne parle que pour mémoire de notre passage à l'entrée d'un sou- terrain, aux cimetière, cours, jardins et dépendances de l'abbaye. Après une collation offerte dans le grand salon d'honneur, notre honoré Président a consigné sur un registre l'expression du plaisir que nous venions d'éprouver et du bon souvenir que nous garderons de la réception si attentionnée qui nous a été faite.

    Obéissance, ardente charité, Juste profit né d'un travail utile, Voilà sa règle, elle est dans l'Evangile. Une pluie fine et chaude nous accompagne jusqu'à Douriez. Sans en être incommodés, nous regrettons qu'un rayon de soleil ne vienne détacher par la dégra- dation des couleurs les plans du gai paysage de la vallée de l'Authie.

    Il convient toutefois de confesser les faiblesses de notre nature humaine: Les religieux, de Tordre de Cîteaux, furent dispersés par la Révolution. Ghilain Leleux 6'y établit, en , avec une communauté de Basiliens. Très proprement servi par M. Le café pris, les cochers déjà sur leurs sièges, nous remontons en voiture et nous nous dirigeons vers l'ancienne abbaye de Dommartin, où nous sommes accueillis aimablement par le fermier.

    Une cour d'honneur immense entourée de murs, un portail monumental quoique d'une architecture dou- teuse, une ferme et des ruines, voilà tout ce qui reste d'un monastère jadis riche et savant, où les moines, des Prémontrés, avaient réuni des éditions rares, des manuscrits ignorés, des médailles introuvables, enfin tous les nobles instruments de travail d'une existence vouée à la culture intellectuelle fécondée par la prière, car leur règle était tout entière contenue dans cette devise monosyllabique: Vayson a relevé un joli croquis, tout a été détruit, hélas!

    Sur remplacement de l'église, nous n'avons pu voir que deux tours en ruine, des débris de chapiteaux et les fondations des piliers, avec quelques pans de murs. Digitized by Google — 66 — Heureusement pour nous, MM. Henri et René Mac- queron nous ont restitué le monument par leurs sa- vantes explications.

    Leurs raisons ont paru probantes et leurs conjectures justifiées à notre Président et à ceux d'entre nous qui s'occupent spécialement d'ar- chéologie. L'architecture n'a pas de secrets pour eux; un modillon leur découvre une époque, une moulure leur indique une date. Ils nous ont promis de compléter leurs éclaircissements dans le Bulletin. L'aspect d'un si déplorable écroulement arracherait des larmes de pitié si la providence qui veut les hommes heureux n'avait jeté sur ces destructions un magnifique manteau de verdure et de fleurs.

    Entre les pierres tombées de l'église et du cloître s'est développée une véritable forêt vierge d'arbres et de plantes. Ce contraste harmonique de la vie avec la mort poétise ici les effets de nos fureurs et nous donne Tespérance d'un consolant avenir en nous montrant par l'exemple de la bienveillante nature que le travail et la bonté cicatrisent toutes les plaies et délivrent de toutes les misères.

    Amateur francais escort girl alencon -

    But I don't want to look like one. Although the earliest recorded accounts of St. His feast day is May 4th.

    : Amateur francais escort girl alencon

    Amateur francais escort girl alencon Femme nue gros seins escort frejus
    PORNO ARABE FRANCAIS ESCORT GIRL ROSNY SOUS BOIS 292
    COUGAR SEXE ESCORT A PAU Cette dernière excursion a été heureuse- ment complétée par la visite des ruines de Tabbaye de Dommartin, si imposantes et si curieuses, et du châ- teau de Dompierre, dont les créneaux et les machi- couHs ont bravé les siècles ; mais je n'ai qu'à vous prier de vous coq nul escort girl russe au dernier bulletin où vous trou- verez la relation fort complète faite d'un style élégant par notre sympathique correspondant M. Dobusse, contrôleur à Saint-Quentin. Cornac Le chevalier de. Le Père cause avec tout le monde, fait rire tout le monde. Un officier de marine, M. Tous deux étaient chefs de famille. Son grand-père et son père avaient déjà été des chrétiens remarquables.
    Amateur francais escort girl alencon Porn francais amateur massage erotique nice
    amateur francais escort girl alencon Achery d'de Saint-Quentin. The king was seated on a high chariot, drawn by four elephants caparisoned with gold; he wore a loose robe studded with pearls, and round his loins a covering of linen embroidered with gold. Elle tient sur son poing fermé une tour- terelle. Mais la route du retour avait été coupée au-delà de Phalane, à une cinquantaine de kilomètres de Savannakhet. Enfin, l'année qui va se terminer a encore été attristée par deux décès, celui de M.

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *